Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 04.07.2011 13h04
L'armée américaine pas autorisée à utilisée les bases pakistanaises pour attaquer les insurgés (Premier ministre)

Le Premier ministre pakistanais Syed Yusuf Raza Gilani a déclaré dimanche que son gouvernement n'avait jamais autorisé l'armée américaine à utiliser les bases pakistanaises pour lances des frappes aériennes sur les insurgés dans les régions tribales.

M. Gilani a tenu ces propos en réponse à des informations selon lesquelles des drones américains utilisent la base aérienne de Shamsi, dans le sud-ouest du Pakistan, pour attaquer les repaires des terroristes dans les régions tribales du Pakistan.

Le ministre pakistanais de la Défense Ahmed Mukhtar avait déclaré la semaine dernière que le Pakistan avait demandé aux Etats-Unis de quitter la base de Shamsi.

Le chef de l'armée de l'Air pakistanaise a déclaré en mai devant le Parlement que la base de Shamsi a été louée aux Emirats arabes unis.

Selon la presse pakistanaise, les Emirats arabes unis ont autorité les drones américains à utiliser cette base pour lancer des attaques de drone dans la région à la frontière entre le Pakistan et l'Afghanistan, le bastion des insurgés.

"Mon gouvernement n'a jamais autorisé les Etats-Unis à utiliser les bases pakistanaises pour mener des attaques de drone", a affirmé M. Gilani. "L'ancien gouvernement du président Pervez Musharraf avait autorisé les avions américains à utiliser les bases pakistanais pour des missions de reconnaissance", a reconnu Gilani.

Les drones américains attaquent souvent les objectifs dans les régions tribales du Pakistan, à la frontière avec l'Afghanistan, où sont retranchés les insurgés, malgré l'opposition des autorisés du Pakistan.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Départ des deux premiers trains commerciaux à grande vitesse sur la ligne Beijing-Shanghai
Les dirigeants chinois assistent au gala de commémoration du 90e anniversaire du PCC
Quel est le mode de démocratie promu par le Partie communiste chinois ?
Une nouvelle ère dans les relations Chine-Europe
Le FMI doit maintenant passer de la parole aux actes