Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 27.06.2011 16h13
Le président irakien réaffirme la fermeture d'un camp de l'opposition iranienne

Le président irakien Jalal Talabani a réaffirmé samedi que son pays allait fermer un camp en Irak tenu par le groupe d'opposants iraniens exilés de l'Organisation des Moudjahidines du peuple iranien (OMPI), d'ici fin 2011.

"Un comité a été créé pour fermer le camp d'Ashraf afin d'aider à instaurer la sécurité", a déclaré M. Talabani lors d'un discours prononcé au cours d'une conférence sur la lutte anti-terroriste tenue à Téhéran, précisant que ce comité ad hoc avait été formé par l'Irak, l'Iran et le Comité international de la Croix-Rouge.

"Le gouvernement irakien va faire tout ce qu'il peut pour prévenir le terrorisme. Nous devons essayer de démanteler le camp d'Ashraf des terroristes de l'OMPI et chasser tous ses membres. Ceux qui le souhaitent pourront rentrer en Iran, les autres iront là où ils veulent", a dit M. Talabani.

Le ministre irakien des Affaires étrangères Hoshyar Zebari avait également annoncé précédemment, lors d'une conférence de presse tenue conjointement avec son homologue iranien Ali Akbar Salehi, que le camp devrait être fermé et que ses membres devraient quitter l'Irak d'ici fin 2011.

Le gouvernement irakien avait annoncé le 12 avril la fermeture du camp suite à des affrontements survenus le 8 avril entre des soldats irakiens et certains des exilés iraniens, au cours desquels une personne avait été tuée et 25 autres blessées.

L'OMPI est considéré comme une organisation terroriste par les Etats-Unis et plusieurs autres pays.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
La gare de Shanghai et Eastern Airlines vont lancer des services de transport combiné air-rail
Wen Jiabao exhorte les fonctionnaires à mieux utiliser leur pouvoir et à servir le peuple sans réserve
Pourquoi la Chine a besoin d'une Union Européenne forte
Pour l'ordre en Mer de Chine Méridionale
Les Etats Unis sont responsables des tensions actuelles en Mer de Chine Méridionale