Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 27.06.2011 16h01
Schengen : les dirigeants de l'UE disent oui à une réforme mais la concrétisation interviendra plus tard (PAPIER GENERAL)

Les dirigeants de l'Union européenne (UE) se sont mis d'accord sur une réforme de l'espace sans frontière Schengen, mais la proposition officielle pour la mise en oeuvre de cette réforme ne devrait pas être présentée par la Commission européenne avant septembre malgré une pression migratoire croissante.

Au terme d'un sommet de deux jours qui s'est clôturé vendredi, les dirigeants de l'UE ont décidé d'introduire un "mécanisme de sauvegarde" qui permettra aux Etats membres de l'espace Schengen de rétablir temporairement les contrôles aux frontières dans des situations exceptionnelles.

Les appels à la réforme de l'espace Schengen se sont multipliés suite à un afflux de migrants d'Afrique du Nord consécutif aux mouvements pro-démocratiques dans la région au cours des derniers mois.

Les ministres de l'Intérieur de l'UE sont parvenus en mai dernier à un compromis sur la proposition de la Commission en ce qui concerne le rétablissement temporaire des contrôles aux frontières "comme un dernier recours et dans des conditions véritablement critiques".

Aux termes du compromis trouvé, la Commission européenne sera chargée d'analyser les situations particulières pour déterminer si des "circonstances exceptionnelles" sont réunies pour permettre à un pays qui le souhaiterait d'avoir recours à une "clause de sauvegarde" permettant de rétablir de manière temporaire les contrôles à ses frontières.

"Sans nuire à ce principe de base [de la libre circulation des personnes], nous ressentons la nécessité d'améliorer les règles de Schengen", a indiqué le président du Conseil européen Herman Van Rompuy lors d'une conférence de presse vendredi.

La migration est "une question sensible extrêmement difficile dans l'opinion publique de certains de nos Etats membres", a affirmé le président de la Commission européenne José Manuel Barroso, à l'issue du sommet des dirigeants de l'UE.M. Barroso a promis que la Commission européenne mettrait prochainement au point des propositions plus concrètes sur ce dossier.

"La conclusion sur la migration à ce sommet est beaucoup plus douce que ce que nous aurions pu faire, et beaucoup de choses doivent encore être mieux définies", a observé Yves Pascouau, un important analyste de la politique migratoire auprès du groupe de réflexion European Policy Center, basé à Bruxelles.

L'idée de rétablir les contrôles aux frontières internes avait été formulée par l'Italie et la France en avril dernier dans un contexte de tensions ayant opposé les deux pays suite à l'arrivée massive de migrants tunisiens sur une île italienne après la révolution dans leur pays, et la plupart de ceux-ci ont afflué vers la France après avoir obtenu des documents de voyage délivrés par Rome.

Etabli en 1995, l'espace Schengen a aboli les contrôles aux frontières entre 22 pays de l'UE plus la Norvège, l'Islande et la Suisse, amenant de nombreux Européens à saluer la facilité de voyage dans une zone exemptée de l'utilisation d'un passeport.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
La gare de Shanghai et Eastern Airlines vont lancer des services de transport combiné air-rail
Wen Jiabao exhorte les fonctionnaires à mieux utiliser leur pouvoir et à servir le peuple sans réserve
Pourquoi la Chine a besoin d'une Union Européenne forte
Pour l'ordre en Mer de Chine Méridionale
Les Etats Unis sont responsables des tensions actuelles en Mer de Chine Méridionale