Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 16.06.2011 08h18
Nucléaire : la France maintient et affirme sa position

Le ministre français des Affaires européennes, Laurent Wauquiez, a défendu mercredi matin la position de la France en matière de nucléaire, indiquant que cette question sera un enjeu de la campagne présidentielle de 2012 en France.

Interrogé à la radio française France Info, M. Wauquiez a justifié en trois points le maintien du choix nucléaire de la France, expliquant que c' est "un choix qui est très important et sur lequel il ne faut pas (faire) de démagogie".

Le ministre a d' abord évoqué l' argument économique : "Vous sortez du nucléaire, le premier impact c'est que votre énergie coûtera à peu près 80% de plus". Comparant les situations de la France et de l' Allemagne, dont la dépendance vis-à-vis du nucléaire est estimée entre 20 et 30%, contre environ 80% pour la France, il a indiqué qu' aujourd' hui, en Allemagne, "l' énergie électrique coûte deux fois plus cher qu' en France".

Il a ensuite mis en garde sur l' impact que pourrait avoir l' augmentation du prix de l' électricité sur la compétitivité des entreprises françaises : "Ca veut dire une énergie plus chère pour la compétitivité de nos entreprises, donc potentiellement destruction d' emplois".

Enfin, M. Wauquiez a défendu l' argument écologique du nucléaire : "le nucléaire est l' énergie qui réchauffe le moins la planète. Ceux qui disent 'Sortir du nucléaire' disent 'On assume de polluer et de réchauffer plus la planète' ".

Le ministre a en outre précisé que le nucléaire "sera un vrai débat pour les Français" lors de la campagne présidentielle de 2012, dénonçant notamment la réaction "très politicienne" et "à chaud" du Parti socialiste sur le maintien du choix nucléaire français après l' accident de Fukushima au Japon.

Suite à l' accident nucléaire de Fukushima en mars dernier, la France a maintenu son choix nucléaire contrairement à d' autres pays européens qui ont décidé de programmer leur sortie du nucléaire, comme l' Allemagne, ou de ne pas relancer leur programme nucléaire, comme l' Italie.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Rencontre des présidents chinois et tadjik à Astana
Les présidents chinois et kazakh s'entretiennent du partenariat stratégique bilatéral
Tensions en Mer de Chine méridionale : un test grandeur réelle pour la Chine
Que cherche Google, en calomniant la Chine ?
Quand l'économie de la Chine dépassera t-elle celle des Etats-Unis ?