Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 10.06.2011 13h13
L'AIEA va transférer le dossier du nucléaire syrien au Conseil de Sécurité de l'ONU

L'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) a appelé jeudi la Syrie à coopérer pleinement avec l'agence sur son dossier nucléaire et a décidé de transférer la question devant le Conseil de Sécurité de l'ONU.

Le conseil de l'AIEA qui compte 37 pays a voté pour le plan soutenu par les Etats-Unis avec 17 voix pour, six voix contre, 11 abstentions et une absence.

La résolution porte sur un site syrien connu sous le nom de Dair Alzour, soupçonné par l'occident d'être un site nucléaire dissimulé dont le but est militaire, mais qui a été complètement détruit par les avions de guerre israéliens en 2007.

Le chef de l'AIEA, Yukiya Amano, a déclaré à l'ouverture de la réunion du conseil lundi que "l'agence (AIEA) en est venue à la conclusion qu'il est très probable que le bâtiment détruit sur le site de Dair Alzour était un réacteur nucléaire qui aurait dû être déclaré à l'agence".

La Syrie maintient que le site de Dair Alzour était une installation militaire non-nucléaire, et qu'en raison de la nature du site, elle n'avait aucune obligation de fournir des informations à l'AIEA. Elle n'a pas permis à l'AIEA d'envoyer des inspecteurs sur le site depuis 2008.

La résolution a appelé la Syrie à "remédier urgemment" à son refus des règles mondiales de non-prolifération nucléaire, à permettre aux inspecteurs de l'AIEA de revisiter le site suspect, et à fournir toutes les informations liées afin de clarifier la nature de son programme nucléaire.

Le transfert du dossier au Conseil de sécurité pourrait déclencher des débats sur les mesures de sanction possibles contre la Syrie, selon les analystes.

En 2006, les Etats-Unis et son alliance occidentale avaient eu recours à une procédure similaire pour envoyer le dossier du nucléaire iranien au Conseil de sécurité, entrainant des sanctions contre le pays.

Le projet de résolution a rencontré l'opposition de certains Etats-membres de l'AIEA qui estiment que le site détruit de Dair Alzour ne représente aucune menace pour le régime de non prolifération nucléaire. Par ailleurs, ils maintiennent que l'AIEA devrait en faire davantage avant de conclure définitivement sur la nature du programme nucléaire syrien.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Conseil des affaires d'Etat appelle à augmenter les dépenses dans l'éducation et à un développement sain du secteur logistique
La Chine s'engage à promouvoir la coopération sino-cubaine (Xi Jinping)
Tensions en Mer de Chine méridionale : un test grandeur réelle pour la Chine
Que cherche Google, en calomniant la Chine ?
Quand l'économie de la Chine dépassera t-elle celle des Etats-Unis ?