Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 06.06.2011 11h53
Israël : Netanyahu promet de considérer l'initiative française

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a promis dimanche de considérer l'initiative française sur la reprise des négociations de paix avec les Palestiniens.

"Nous apprécions beaucoup nos amis français et je vais leur répondre après que nous examinons l'affaire", a-t-il déclaré dans une déclaration dont on a reçu une copie.

M. Netanyahu a déclaré qu'Israël allait faire un choix en consultation avec les Etats-Unis, en prenant en compte la proposition de la France.

"Les Américains vont aussi avances leur proposition et nous avons aussi nos idées", a-t-il affirmé, dans l'allusion de son dernier entretien entre le président américain Barack Obama et de son discours devant le Congrès américain.

M. Netanyahu a aussi exigé que la reprise des négociations de paix avec les Palestiniens dépend de l'annulation par le Fatah de son accord avec le Hamas, mouvement palestinien qu'il considère comme organisation terroriste.

Le ministre français des Affaires étrangères Alain Juppé avait proposé un plan de paix la semaine dernière, qui préconise une solution basée sur les frontieres de 1967 et l'établissement d'un Etat palestinien.

L'initiative française correspond beaucoup à un discours du président Obama, mais insiste sur la sécurité des deux parties.

Le président de l'Autorité nationale palestinienne, Mahmoud Abbas, accueille favorablement la proposition de la France, selon un porte-parole palestinien.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Interdiction des produits alimentaires contaminés au DEHP en provenance de Taiwan dans les restaurants de la partie continentale
La partie continentale de Chine suspend les importations de certains boissons et d'aliments en provenance de Taiwan
La Chine doit renforcer son nouveau mix énergetique
Quelles leçons la Chine peut-elle tirer du succès d'Apple ?
La Chine le Japon et la Corée du Sud progressent lentement vers un accord de libre-échange