Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 06.06.2011 11h06
La France cherche à faciliter la reprise du dialogue au Moyen-Orient (Alain Juppé)

Le ministre français des Affaires étrangères, Alain Juppé, en visite au Moyen-Orient, a fait savoir vendredi que son pays cherche à "faciliter la reprise du dialogue" entre Palestiniens et Israéliens.

La France cherche tout simplement à faciliter la reprise du dialogue" entre Palestiniens et Israéliens, a déclaré M. Juppé, lors d'une émission de la radio Europe 1.

"Si rien ne se passe d'ici le mois de septembre nous risquons de nous retrouver à l'Assemblée générale des Nations Unies dans une situation difficile pour tout le monde", a indiqué M. Juppé, faisant allusion au dépôt d'une résolution de reconnaissance de l'Etat palestinien à l'ONU.

Le processus de paix est dans l'impasse depuis l'échec d'une reprise des négociations israélo-palestiniennes organisée à l'automne dernier par les Etats-Unis. Les Palestiniens cherchent à déposer, à l'occasion de la prochaine Assemblée générale de l'ONU en septembre, une résolution de reconnaissance de leur Etat.

Le chef de la diplomatie française, en déplacement au Moyen- Orient depuis le 1er juin, a formulé auprès des représentants, tant Palestiniens qu'Israéliens, une proposition de paix.

Selon M. Juppé, la France propose aux Israéliens comme aux Palestiniens de revenir à la table et et de prendre le dialogue sur la base d'un retour à la frontière de 1967 et d'une frontière négociable avec des échanges de territoires, garantie de sécurité", avant d'aborder les autres sujets.

"S'il y a une réaction favorable aux propositions que nous faisons naturellement, à organiser à Paris à la fin du mois de juin, au début du mois de juillet, une conférence de la paix qui permettrait de repartir sur des bases nouvelles", a-t-il dit.

Cette initiative a "une petite chance de progresser", a révélé M. Juppé, qui avait notamment rencontré le président de l'Autorité nationale palestinienne, Mahmoud Abbas, et son Premier ministre, Salam Fayyad, mais aussi le chef du gouvernement israélien, Benyamin Netanyahou, et son ministre de la Défense, Ehud Barak.

"On ne m'a pas dit non. Ces propositions sont en cours d'examen ", a dit M. Juppé, ajoutant : "Je pense qu'il y a une chance."

L'idée de revenir aux frontières de 1967 était aussi défendue par le président américain Barack Obama. Mais Israël semble résolument opposé à un retrait de ses troupes des territoires occupés de la Cisjordanie, de la bande de Gaza et de Jérusalem-Est.

Cependant, M. Juppé a relevé que l'adoption par l'ONU d'une telle résolution ne ramènerait pas la paix au Moyen-Orient.

"S'il y a une résolution reconnaissant l'Etat de Palestine en septembre, cela, à mon avis, ne fera pas avancer les choses, parce que je crains qu'Israël ne soit davantage isolé", a-t-il dit.

"Et je ne suis pas sûr que pour les Palestiniens eux-mêmes, au lendemain du vote de cette résolution, les choses changent réellement dans la vie quotidienne", a ajouté le ministre français, qui se rendrait lundi et mardi prochains aux Etats-Unis.

"La France évidemment ne doit pas prendre cette initiative toute seule. Elle le fera en liaison avec l'ensemble de ceux qui peuvent faire avancer le processus", a encore ajouté M. Juppé.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Interdiction des produits alimentaires contaminés au DEHP en provenance de Taiwan dans les restaurants de la partie continentale
La partie continentale de Chine suspend les importations de certains boissons et d'aliments en provenance de Taiwan
La Chine doit renforcer son nouveau mix énergetique
Quelles leçons la Chine peut-elle tirer du succès d'Apple ?
La Chine le Japon et la Corée du Sud progressent lentement vers un accord de libre-échange