Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 02.06.2011 13h32
L'expulsion d'un diplomate iranien soupçonné d'espionage va affecter le rétablissement des relations égypto-iraniennes (ANALYSE)

L'expulsion par l'Egypte d'un diplomate iranien accusé espionnage aura une incidence négative sur le rétablissement des relations entre l'Iran et l'Egypte, a indiqué un analyste politique égyptien.

Le diplomate iranien soupçonné d'espionnage travaillait pour une mission économique irannienne en Egypte, mise en place après le renversement du régime de l'ancien président égyptien Hosni Moubarak. Il a été arrêté dimanche puis expulsé lundi par les autorités de sécurité égyptiennes.

Selon la police égyptienne, le diplomate iranien avait collecté des informations sur le

développement économique, politique et militaire de l'Egypte, après l'éclatement du mouvement populaire contre Moubarak, ainsi que dans d'autres pays du Golfe et les avait envoyées à Téhéran.

Gamal Abdel Gawad, chef du Centre Al-Ahram pour les études politiques et stratégiques basé au Caire, a indiqué que cette affaire d'espionnage ralentirait le rétablissement des relations entre l'Egypte et l'Iran.

"Tandis que l'Egypte ouvre un nouveau chapitre avec l'Iran, Téhéran agit différemment en espionnant sur la situation en Egypte", a indiqué M. Abdel Gawad dans une interview accordé à l'agence Xinhua.

Ce cas "n'encourage pas l'Egypte à continuer à faire progresser ses relations avec l'Iran et la situation entre les deux pays va stagner".

L'Iran a rompu en 1979 les relations diplomatiques avec l'Egypte, après que le Caire avait signé un traité de paix avec Israël et offert l'asile au Shah iranien expulsé Mohammad Reza Pahlavi.

Après que les manifestations antigouvernementales avaient mis fin au règne de Hosni Moubarak en Egypte, des fonctionnaires égyptiens et iraniens ont exprimé le souhait de voir se normaliser les relations bilatérales.

En marge d'une réunion ministérielle du Mouvement des Non-alignés, tenue à Bali, en Indonésie, le ministre égyptien des Affaires étrangères Nabil El-Arabi avait indiqué à son homologue iranien Ali Akbar Salehi que l'Egypte cherchait à ouvrir un nouveau chapitre avec tous les pays.

Les deux parties ont discuté de la possibilité d'échanger des ambassadeurs, alors que M. El-Arabi a indiqué qu'il n'était pas encore temps d'augmenter les relations au niveau d'ambassadeur, ajoutant qu'une telle décision serait examinée par le prochain Parlement après les élections législatives, prévues en septembre.

Selon M. Abdel Gawad, toute décision concernant les relations avec l'Iran sera très difficile à prendre dans les jours à venir, comme elle serait considérée comme une aventure sans garantie de résultats.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Wen Jiabao participe à un entraînement de basketball et appelle à développer les activités physiques pour les enfants
Roland-Garros 2011 : Li Na qualifiée pour les quarts de finale entre dans l'histoire du tennis chinois
La Chine doit renforcer son nouveau mix énergetique
Quelles leçons la Chine peut-elle tirer du succès d'Apple ?
La Chine le Japon et la Corée du Sud progressent lentement vers un accord de libre-échange