Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 30.05.2011 09h00
Honduras : retour du président déchu Manuel Zelaya

Après les médiations de différents pays, l'ancien président du Honduras Manuel Zelaya, renversé par un coup d'Etat en 2009, est rentré dans son pays, après un exil de 18 mois.

Il est arrivé à 14h25 heure locale à l'aéroport international de Tegucigalpa, en provenance de Managua, au Nicaragua, où il était arrivé vendredi soir.

Il a été accueilli par des milliers de supporters qui l'ont acclamé en agitant des drapeaux à sa descente de l'avion.

Coiffé de son habituel chapeau de cowboy, l'ancien président a demandé à ses supporters de ne pas préparer de coup d'Etat et de se consacrer à la résistance pacifique, à travers une réconciliation nationale.

Il a également remercié les médiateurs régionaux, comme le président vénézuélien Hugo Chavez, le président colombien Juan Manuel Santos et la présidente argentine Cristina Fernandez, saluant "le résultat d'un effort de tous les pays d'Amérique latine".

Il était accompagné des ministres des Affaires étrangères du Venezuela et de Bolivie, de l'ancien président panaméen Martin Torrijos et d'autres représentants de pays d'Amérique latine.

Après son arrivée, M. Zelaya s'est entretenu avec le président hondurien Porfirio Lobo et le chef de l'Organisation des Etats d'Amérique (OEA), Jose Miguel Insulza.

Zelaya a pu rentrer au pays après avoir signé, le 22 mai, un accord avec le président Lobo, permettant au pays de réintégrer l'OEA, celui-ci ayant été suspendu après le coup d'Etat.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
He Guoqiang appelle à des efforts pour développer de nouvelles industries de haute technologie
S'inspirer de l'expérience tirée de l'Expo universelle et des jeux asiatiques dans la lutte contre la corruption
Réflexions suscitées par l'actuel « engouement pour l'émigration »
La dispute pour le poste de directeur général du FMI et la réforme de l'ordre financier international
Alcool au volant : tout reste à faire (ou presque...)