Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 19.05.2011 13h38
Le directeur général du FMI démissionne, tout en clamant son innocence

Le Fonds monétaire international (FMI) a annoncé jeudi la démission de son directeur général Dominique Strauss-Kahn, arrêté à New York pour des accusations d'agression sexuelle.

Dans une lettre de démission présentée au FMI, datée mercredi, M. Strauss-Kahn a nié toutes les accusations concernant l'agression sexuelle, en affirmant : "je déments avec la plus grande fermeté possible toutes les allégations qui ont été faites contre moi", selon un communiqué de presse du FMI.

Dominique Strauss-Kahn est placé en détention provisoire à New York depuis lundi, suite à son inculpation pour tentative de viol contre une femme de chambre d'hôtel à New York.

Le secrétaire américain au Trésor, Timothy Geithner, a estimé mardi à New York que Dominique Strauss-Kahn n'était "pas en mesure de diriger" le FMI.

"Je ne peux pas faire de commentaires sur cette affaire, mais il [DSK] n'est évidemment pas en mesure de diriger le FMI et il est important que le conseil d'administration du FMI place officiellement quelqu'un à la direction générale pour une période intérimaire", a indiqué M. Geithner, s'exprimant au Club Harvard à New York.

Selon les résultats d'un sondage publiés mercredi en France, près de 57% des Français interrogés penchent pour l'hypothèse d'un coup monté contre le socialiste français, un éventuel candidat donné favori pour la présidentielle de 2012.





Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Chine : près de 35 millions de personnes affectées par la sécheresse sur les cours moyen et inférieur du fleuve Yangtsé
He Guoqiang appelle à des efforts pour développer de nouvelles industries de haute technologie
Réflexions suscitées par l'actuel « engouement pour l'émigration »
La dispute pour le poste de directeur général du FMI et la réforme de l'ordre financier international
Alcool au volant : tout reste à faire (ou presque...)