Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 03.05.2011 14h36
La France salue l'annonce de la mort de Ben Laden (SYNTHESE)

La France a salué lundi matin l'annonce de la mort d'Oussama Ben Laden par les Etats-Unis, mais rappelle que la menace terroriste n'a pas pour autant disparu, a-t-on appris lundi des propos de la classe politique française.

SALUT UNANIME DE LA CLASSE POLITIQUE

"L'annonce par le Président Obama de la mort d'Oussama Ben Laden à la suite d'une remarquable opération de commando américaine au Pakistan est un événement majeur de la lutte mondiale contre le terrorisme", a déclaré lundi matin la présidence française dans un communiqué.

"La France salue la ténacité des États-Unis qui le recherchaient depuis 10 ans", poursuit le document, ajoutant qu'en tant que "principal responsable des attentats du 11 septembre 2001, Oussama Ben Laden était le promoteur (...) d'une organisation terroriste qui a fait des milliers de victimes dans le monde entier, notamment dans les pays musulmans". "Pour ces victimes, justice est faite (et) ce matin la France pense à elles et à leurs familles", précise la présidence.

C'est "une victoire de toutes les démocraties qui se battent conte ce fléau abominable qu'est le terrorisme", a déclaré pour sa part le ministre français des Affaires étrangères, Alain Juppé, à la radio Europe 1, ajoutant que "la disparition d'un tel barbare ne peut être qu'une satisfaction pour tous ceux qui partagent (...) une certaine idée de la dignité de l'homme, du respect qui est dû à la personne humaine".

Interrogé à la radio RTL, le ministre français de la Défense, Gérard Longuet, a estimé quant à lui que "c'est un événement considérable pour le monde entier" et que "les efforts de réconciliation, en tous les cas de dialogue entre Afghans, deviennent désormais possibles plus facilement".

Le ministre a également déclaré que "savoir que le Pakistan reprend son sens, reprend sa responsabilité d'un Etat et contribue à mettre fin à des situations de résignation (est) une excellente nouvelle pour tous ceux qui ne veulent pas que le terrorisme fasse la loi dans le monde".

Il s'agit d'"un acte symbolique, d'une portée incroyable (...). On voit s'effondrer là toute une thèse sur le choc des civilisations", a expliqué à l'antenne de France Inter Pierre Moscovici, ancien ministre socialiste des Affaires européennes.

Pour Benoît Hamon, porte-parole du Parti socialiste, interrogé à la radio France Info, "c'est une victoire pour les Etats-Unis, c'est une victoire pour Barack Obama", mais il faut "rester vigilant, car certains peuvent être tentés par des mesures de représailles".

PERSISTANCE DE LA MENACE D'AL-QAIDA

Si la nouvelle de la mort du chef d'Al-Qaïda est accueillie favorablement, la présidence française souligne la nécessité de ne pas relâcher les efforts dans la lutte contre le terrorisme.

"Le fléau du terrorisme subit un échec historique, mais ce n'est pas la fin d'Al-Qaïda. Le combat contre les criminels qui s'en réclament doit se poursuivre sans relâche et rassembler tous les Etats qui sont victimes de ces crimes", indique le communiqué de l'Elysée.

De son côté, Alain Juppé a estimé que même si la mort de Ben Laden constitue un "coup décisif, il n'en reste pas moins que les structures d'al-Qaïda subsistent", précisant que la France reçoit aussi "des menaces et donc la solidarité de ceux qui respectent la vie humaine, de ceux qui ont une conception élevée des droits de l'homme, est plus nécessaire que jamais".

Oussama Ben Laden, dont l'organisation terroriste Al-Qaïda avait revendiqué les attentats terroristes du 11 septembre 2011 qui ont fait plus de 3000 morts aux Etats-Unis, était recherché activement depuis dix ans par les services secrets américains.



Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
La population chinoise a atteint 1,3397 milliard d'habitants en 2010 (recensement)
Wu Bangguo appelle à renforcer les relations avec le parlement français
Vers où l'énergie nucléaire mondiale devra-t-elle aller ?
Coopération médiatique Chine-Afrique : une force commune pour la vérité (REPORTAGE SPECIAL)
Qui la Chine menace-t-elle ?
La duplicité et les droits de l'homme ne vont pas bien ensemble
Bo'ao fait entendre la voix d'Asie au monde