Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 19.04.2011 13h08
Washington nie avoir l'intention de miner le gouvernement syrien

Les Etats-Unis ont nié lundi "oeuvrer pour miner" le gouvernement syrien, bien que des informations provenant de sources diplomatiques révèlent que le département d'Etat américain finance secrètement l'opposition politique de Syrie.

"Tenter de promouvoir la transformation vers un processus plus démocratique dans cette société n'est pas pour saper nécessairement le gouvernement existant", a indiqué le porte-parole du département d'Etat, Mark Toner, lors de son point de presse quotidien.

Les prétendus "programmes de démocratie et de gouvernance" en Syrie ne sont pas différents des programmes des Etats-Unis à l'égard de nombreux autres pays", selon lui.

"Ce qui est différent, c'est que le gouvernement syrien perçoit ce genre d'aide comme une menace de son contrôle sur le peuple syrien", a dit Toner.

Des allégations sur une ingérence de Washington dans la politique syrienne ont été mises à jour lorsque le Washington Post a rapporté lundi que le département d'Etat finançait une chaîne de télévision satellite qui diffuse des programmes anti-gouvernementaux en Syrie. Cette chaîne de télévision est étroitement liée à un groupe de réfugiés syriens installés à Londres.

Le Washington Post a publié ces informations sur la base des révélations de câbles diplomatiques, lesquels indiquent également que le financement en question s'est poursuivi même après que l'administration Obama avait manifesté son intention d'améliorer ses relations avec le gouvernement syrien, notamment en dépêchant un ambassadeur à Damas pour la première fois depuis six ans.




Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Commémoration du premier anniversaire du séisme de Yushu
BRIC : la conférence annuelle du mécanisme de coopération des banques et le forum de la finance ont eu lieu à Sanya
Bo'ao fait entendre la voix d'Asie au monde
Les occidentaux devraient en apprendre davantage sur la Chine
Le sommet du BRICS, un rendez-vous faisant époque (partie I)
La crise nucléaire au Japon et l'avenir de l'énergie nucléaire
La guerre en Libye est devenue une « patate chaude » pour l'Occident