Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 19.04.2011 09h14
L'Iran teste avec succès un missile anti-aérien

Le commandant de la base de défense aérienne iranienne Khatam al-Anbiya, le général Farzad Esmaili, a annoncé que l'Iran avait testé avec succès un nouveau missile anti-aérien de fabrication nationale, a rapporté lundi la chaîne Press TV.

Le missile de défense aérienne Mersad, qui a été testé dimanche sur la base située dans le nord de la province de Semnan, est capable d'atteindre sa cible à une distance de 150 km, a affirmé le général Esmaili, sans donner davantage de détails sur le missile.

Samedi, l'Iran avait annoncé avoir réussi un autre test concernant le Sayyad-2, un autre missile anti-aérien.

Sayyad-1, la version précédente déjà dévoilée par l'Iran, est un missile sol-air à deux étages. Equipé d'une ogive de 200 kg et volant à une vitesse de 1.200 m/s, il peut être non seulement déployé pour détruire des cibles à basse et moyenne altitude de surface équivalente radar (RCS), mais il peut être aussi utilisé dans la guerre électronique, a rapporté l'agence de presse semi-officielle Fars.

Sayyad-2, une version perfectionnée, bénéficie d'une plus haute précision, d'une plus grande portée et d'une plus forte puissance de destruction par rapport à son prédécesseur, a ajouté Fars.

L'Iran a fait d'importants progrès dans le développement de missiles à longue et à moyenne portée ces dernières années. Téhéran assure que ses missiles sont "un outil de défense contre les invasions".




Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Commémoration du premier anniversaire du séisme de Yushu
BRIC : la conférence annuelle du mécanisme de coopération des banques et le forum de la finance ont eu lieu à Sanya
Bo'ao fait entendre la voix d'Asie au monde
Les occidentaux devraient en apprendre davantage sur la Chine
Le sommet du BRICS, un rendez-vous faisant époque (partie I)
La crise nucléaire au Japon et l'avenir de l'énergie nucléaire
La guerre en Libye est devenue une « patate chaude » pour l'Occident