Nouvelles bilingues/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 29.03.2011 16h51
Le PM cambodgien refuse de changer le lieu où doit se tenir la prochaine réunion sur le litige thaïlando-cambodgien

Le Premier ministre cambodgien Hun Sen a catégoriquement rejeté lundi la proposition, lancée par l'attaché militaire thaïlandais, de tenir la réunion thaïlando-cambodgienne sur leur litige frontalier en Thaïlande ou au Cambodge, et non en Indonésie.

M. Hun Sen a indiqué la semaine dernière que l'attaché militaire thaïlandais avait écrit une lettre au ministre cambodgien de la Défense, Tea Banh, proposant que la 8e réunion du Comité général thaïlando-cambodgien sur la frontière (GBC) ait lieu les 7 et 8 avril en Cambodge ou en Thaïlande, au lieu de se tenir à Bogor en Indonésie, en présence des représentants indonésiens.

"J'aimerai déclarer fermement qu'il n'y aura aucune réunion ni au Cambodge ni en Thaïlande sur le conflit frontalier, elle doit avoir lieu dans un tiers pays", a déclaré M. Hun Sen lors d'une cérémonie tenue à l'Institut national de la formation technique.

"Le Cambodge a déjà fait des préparatifs pour la réunion prévue à Bogor, bien que le Parlement thaïlandais n'ait pas encore ratifié les derniers documents du GBC", a-t-il ajouté.

De plus, M. Hun Sen a déclaré que le Cambodge déposerait son conflit frontalier avec la Thaïlande sur la zone à proximité du temple Preah Vihear au sommet de l'Association des Nations d'Asie du Sud-est (ASEAN) prévu les 7 et 8 mai, si la Thaïlande refuse de négocier avec le Cambodge sous la médiation de l'Indonésie.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Les investissements chinois directs sont bienvenus aux Etats-Unis
Venez voir par vous-même ce qu'est le vrai Tibet
Venez voir par vous-même ce qu'est le vrai Tibet
Où en est la situation chinoise de contrôle du tabac?
Les attaques contre la Libye cachent des raisons politiques derrière
Les attaques sur la Libye pourraient conduire à l'anarchie
Pourquoi la France s'est-elle portée à l'avant-garde contre Kadhafi ?