Nouvelles bilingues/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 28.03.2011 17h05
Le président yéménite renvoie un chef de l'armée rallié à l'opposition

Le président du Yémen, Ali Abdallah Saleh, a nommé lundi le général Ahmed Saeed Bin Brik au poste de commandant de la région militaire de l'est et de la 27e brigade de Mika, en remplacement du général Mohamed Ali Moshen, lequel s'était rallié au mouvement de contestation, a indiqué le ministère de la Défense.

Le président Saleh, qui fait face à un mouvement de protestation qui dure depuis des semaines, a également nommé le colonel Hussène Mshaba comme commandant du 15e brigade d'infanterie pour la province d'Amran, dans le nord en proie à des troubles, pour remplacer un autre commandant ayant fait défection.

Ces nominations interviennent quelques jours après que ces deux chefs militaires sont passés dans le camp de l'opposition pour protester contre des tirs à balles réelles, survenus le18 mars dernier et dans lesquels 52 manifestants avaient été tués devant l'Université de Sanaa, dans la capitale.

Les deux commandants en question avaient annoncé leur ralliement à l'opposition en même temps que le demi-frère du président Saleh, le général Ali Mohsen al-Ahemar, commandant de la région militaire du nord-ouest, également appelée Division blindée, qui s'est aligné sur les protestataires.

Le général Al-Ahemar a également promis dans sa déclaration, diffusée en vidéo, de protéger les manifestants, demandant à M. Saleh de démissionner immédiatement afin d'éviter un bain de sang dans le pays.

L'Agence de presse officielle Saba a rapporté dimanche que le président Saleh aurait déclaré : "si une mutinerie se produit, une guerre sera déclenchée pour reprendre le contrôle du pays".

M. Saleh a admis avoir perdu le contrôle de cinq provinces passées sous l'emprise des commandants ayant fait défection alors que les activistes d'Al-Qaïda ont pris en main quatre villes et une usine d'armes dans les provinces d'Abyan et Shabwa, dans le sud du pays.

En outre, un chef de tribu a indiqué lundi à Xinhua qu'une douzaine d'extrémistes musulmans siégeaient dans un camp de la garde républicaine du district d'Arhab, situé à quelque 30 km de Sanaa. Un officier haut gradé a révélé à Xinhua, sous couvert d'anonymat, que les autorités se préparaient à lancer des raids aériens contre ces activistes à Arhab.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le PIB chinois représentait 9,5% de celui du monde en 2010
La Chine va recruter du personnel pour la recherche et le développement des avions gros porteurs
Venez voir par vous-même ce qu'est le vrai Tibet
Où en est la situation chinoise de contrôle du tabac?
Les attaques contre la Libye cachent des raisons politiques derrière
Les attaques sur la Libye pourraient conduire à l'anarchie
Pourquoi la France s'est-elle portée à l'avant-garde contre Kadhafi ?