Nouvelles bilingues/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 23.03.2011 15h58
Le Congrès espagnol approuve l'intervention militaire en Libye
Le Congrès espagnol approuve l'intervention militaire en Libye

Le Congrès espagnol a comme prévu mardi approuvé la participation de l'Espace à l'intervention militaire de l'OTAN qui a lieu actuellement en Libye.

À l'issue d'un débat parlementaire de deux heures, la motion du gouvernement de José Luis Rodriguez Zapatero a obtenu 336 votes en faveur de l'intervention avece trois voix contre seulement, celles des partis Izquierda Unida (IU, gauche unie) et BNG ( nationalistes de Galice), et une abstention.

Le Premier ministre Zapatero a plaidé pour sa motion prévoyant que l'Espagne fournira une contribution à l'opération de l'OTAN sous la forme de quatre chasseurs F-18 qui ont déjà survolé la Libye pour faire appliquer la zone d'exclusion aérienne, d'un avion ravitailleur Boeing, d'une frégate et d'un sous-marin.

« L'Espagne est favorable à ce que l'action militaire en Libye soit soumise au contrôle de l'OTAN. Il est très probable que les opérations de blocus passent sous le contrôle de l'OTAN de manière imminente », a déclaré M. Zapatero, affirmant néanmoins que son gouvernement n'avait « aucun problème » avec la direction des opérations militaires actuellement assurée par les États-Unis.

« L'objectif de cette mission n'est pas de chasser Kadhafi », a-t-il déclaré, insistant sur le fait que l'opération Aube de l'Odyssée s'inscrit dans le cadre de la législation internationale actuellement en vigueur.

M. Zapatero a également démenti avoir changé de politique depuis sa position d'il y a huit ans quand il s'est opposé à la guerre en Irak.

Le chef du Parti populaire (PP, opposition), Mariano Rajoy, a critiqué le fait que cette mission n'ait pas pour objectif de chasser M. Kadhafi du pouvoir.

« Cela pourrait se transformer en un conflit long et acharné et se finir en guerre civile qui se prolongera sans que l' intervention humanitaire puisse éviter une catastrophe humanitaire », a estimé M. Rajoy.

Le porte-parole du parti IU Gaspar Llamazares a été le premier à critiquer le gouvernement, choisissant d'arborer un badge « Non à la guerre » sur sa veste.

« Ni les droits de l'Homme ni la démocratie ne sortiront vainqueurs d'une guerre », a déclaré M. Llamazares, qui considère qu'un isolement de Kadhafi et un embargo total sur la vente d'armes à son pays serait plus efficace ».

Le porte-parole du BNG au Parlement, Francisco Jorquera, a lui-aussi exprimé l'opposition de son parti. « Nous pensons que le seul effet d'une intervention militaire est d'aggraver le problème comme on l'a vu clairement avec les situations en Irak et en Afghanistan », a dit M. Jorquera.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Wen Jiabao : le nouveau plan quinquennal chinois apporte la confiance au monde
Chine : le ministère du Commerce assure un approvisionnement suffisant en sel
Les attaques contre la Libye cachent des raisons politiques derrière
Les attaques sur la Libye pourraient conduire à l'anarchie
Pourquoi la France s'est-elle portée à l'avant-garde contre Kadhafi ?
L'accident nucléaire est sans frontière
Que penser de l'accident nucléaire au Japon ?