Nouvelles bilingues/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 17.03.2011 08h51
L'inquiétude monte parmi les Français au Japon

Tandis que le Japon se trouve au bord d'une catastrophe nucléaire suite au violent séisme et au tsunami qui ont frappé le nord-est du pays vendredi dernier, les autorités françaises appellent à la prudence, sans céder à la panique. Le Premier ministre François Fillon a conseillé hier aux Français « qui ne sont pas astreints à rester à Tokyo de rentrer en France ou de partir vers le sud du Japon dès maintenant ». Nombreux sont ceux du même avis : sur les 5 000 citoyens français expatriés en temps normal dans la capitale, près de 3 000 sont déjà partis.

Sans pour l'instant organiser de rapatriement officiel, l'ambassade de France à Tokyo a annoncé hier le retour vers Paris d'un avion affrété par la Sécurité civile pour participer aux secours dans la région de Sendai. 280 personnes ont pu monter à bord, avec une priorité donnée aux enfants de moins de quinze ans, aux femmes enceintes et aux résidents des préfectures sinistrées, Miyagi, Fukushima, Iwate et Aomori.

Les départs s'organisent

Air France a fait l'objet d'une controverse dans les premiers jours qui ont suivi le séisme, les prix des billets Tokyo-Paris s'étant envolés jusqu'à plus de 2 000 euros. La compagnie a finalement annoncé mardi soir la mise en place d'un tarif spécial aller-simple depuis Tokyo et Osaka à 700 euros TTC. M. Fillon est également intervenu, en demandant à Air France « de mobiliser des avions se trouvant en Asie pour répondre sans délai à la demande de nos ressortissants ».

Les grands groupes français sur place ont commencé de leur côté à évacuer leur personnel vers le sud du Japon. Le Crédit Agricole se prépare à un éventuel déplacement de ses bureaux vers Hong Kong si la situation devenait critique. Air Liquide et Areva ont proposé un transfert vers Osaka ou Fukuoka.

L'ambassade en cellule de crise

Le réseau saturé de l'ambassade a suscité le mécontentement de plusieurs expatriés. Suite à la publication dimanche d'un message annonçant la « fermeture de la Section consulaire, du bureau des visas et de CampusFrance jusqu'au 16 mars », une rumeur s'est répandue parmi la communauté française que l'ambassade avait fermé ses portes.

France Diplo a dû démentir sur Twitter : « L'ambassade au Japon n'est pas fermée. Certains services le sont pour se concentrer sur l'assistance aux ressortissants français ». Quatre Français sont toujours portés disparus dans la zone du tsunami. Une cellule d'urgence est ouverte 24 heures sur 24, mais peine à faire face au grand nombre d'appels. Tout en conseillant à ceux qui le peuvent de s'éloigner de Tokyo, les annonces officielles se veulent rassurantes. Ce matin, un message souligne que les niveaux de radioactivité restent faibles à Tokyo et recommande de suivre les consignes des autorités japonaises si la situation venait à s'aggraver. (Nelly Alix)

Source: China.org.cn

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le président chinois souligne l'importance de l'innovation technologique face à la compétition globale
Séisme/Japon : arrivée dans la zone sinistrée de l'équipe de sauvetage chinoise
Que penser de l'accident nucléaire au Japon ?
Quels avantages le 12e plan quinquennal pourra-t-il apporter aux habitants ?
Pourquoi la situation agitée au Moyen-Orient a-t-elle connu un développement si rapide?
On ne construira pas l'équité sociale avec des troubles
Priorité à la prospérité de la population