Nouvelles bilingues/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 11.03.2011 10h00
Le Parlement européen regrette peu de progrès en Turquie pour sa candidature à l'UE

Le Parlement européen a adopté mercredi une résolution pour regretter peu de progrès en Turquie en 2010, pour sa candidature à l'Union européenne (UE).

Le Parlement européen a surtout exprimé sa préoccupation sur les dossiers des droits humains et des réformes importantes. L'impasse des relations Chypre-Turquie, le manque de dialogue entre les partis politiques turcs et la détérioration de la liberté de presse et d'autres droits de base en Turquie sont d'importants facteurs qui vont à l'encontre des négociations entre l'UE et la Turquie sur la candidature de cette dernière, a déclaré le rapporteur Ria Oomen-Ruijten.

La résolution adoptée par une grande majorité des eurodéputés, salue l'adoption d'un amendement constitutionnel par Ankara, mais souligne qu'une "réforme constitutionnelle globale" est " nécessaire pour transformer la Turquie en vraie démocratie". Ils ont exprimé leur préoccupation sur la détérioration de la liberté de la presse, y compris l'auto-censure des médias nationaux et des sites Internet, la situation des femmes et l'augmentation du nombre de meurtres d'honneur et de mariages forcés, ainsi que le manque de la protection des minorités religieuses.

"Seuls des progrès limités" ont été signalés dans la protection légale des minorités religieuses, pour qu'elles puissent avoir leurs propres propriétés, ouvrir des entreprises ou former des religieux", indique la résolution du Parlement européen.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Alerte au tsunami suite à un séisme au Japon, mais la Chine est en sécurité
Chine : rassemblement pour la Journée mondiale de la femme
Priorité à la prospérité de la population
L'augmentation du budget de l'armée chinoise est irréprochable
En fin de compte, qui menace vraiment qui ?
Réactions des différents pays, face à la position de la Chine, en tant que 2e économie mondiale
La responsabilité ne pèse pas sur la Chine...