Nouvelles bilingues/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 25.02.2011 08h44
L'envoyé de l'UNESCO attendu dimanche au Cambodge

L'ancien directeur général de l'Organisation des Nations unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO), Koichiro Matsuura, va effectuer dès dimanche une visite de trois jours au Cambodge, en tant qu'envoyé spécial de l'organisation, a-t-on appris jeudi de sources officielles.

M. Matsuura est attendu dimanche au Cambodge, où il restera jusqu'au 1er mars, a fait savoir Phay Siphan, porte-parole du Bureau du Conseil des ministres.

L'envoyé devrait rencontrer Sok An, vice-Premier ministre et ministre chargé du Bureau du Conseil des ministres, a révélé le porte-parole, qui n'a toutefois pas indiqué s'il se rendrait au temple disputé de Preah Vihear, inscrit sur la liste des sites du patrimoine mondial en 2008, comme l'ont rapporté les médias locaux.

La semaine dernière, la directrice générale de l'UNESCO, Irina Bokova, avait annoncé qu'elle allait dépêcher M. Matsuura en Thaïlande et au Cambodge, pour discuter avec les Premiers ministres des deux pays de la sauvegarde du site abritant le bâtiment inscrit au patrimoine mondial.

Avant sa visite à Phnom Penh, M. Matsuura est attendu à Bangkok le 25 février.

Sa tournée a pour objectif la sauvegarde du temple de Preah Vihear, qui avait été touché par des balles et des bombes lors des combats du 4 au 7 février entre le Cambodge et la Thaïlande.

Le Cambodge et la Thaïlande ont tous deux ratifié la Convention du patrimoine mondial de 1972.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
L'«Année de la Jeunesse » Chine-UE s'est inaugurée à Beijing
Hu Jintao et Wen Jiabao ordonnent aux autorités concernées de faire tout leur possible pour assurer la sécurité des Chinois en Libye
En fin de compte, qui menace vraiment qui ?
Réactions des différents pays, face à la position de la Chine, en tant que 2e économie mondiale
La responsabilité ne pèse pas sur la Chine...
Les risques qui menacent la Chine sont à prendre au sérieux
Le nouveau statut de deuxième puissance économique mondiale doit inciter la Chine à la prudence