Nouvelles bilingues/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 24.02.2011 08h50
Les observateurs indonésiens amélioreront la situation à la frontière thaïlando-cambodgienne (Thaïlande)

Le porte-parole thaïlandais du ministère des Affaires étrangères Thani Thongpakdi a indiqué mercredi que les observateurs, qui seraient déployés à la frontière thaïlando-cambodgienne sur décision du président de l'ASEAN, permettraient aux habitants résidant dans les zones concernées de se sentir plus en sécurité.

Lors de la réunion informelle des ministres des Affaires étrangères de l'ASEAN tenue le 22 février à Jakarta, l'Indonésie, qui assume actuellement la présidence de l'ASEAN, a salué la proposition de la Thaïlande et du Cambodge de recevoir des observateurs de part et d'autre de la frontière dans les zones sensibles pour surveiller à ce que les deux parties respectent leur engagement afin d'éviter de nouvelles hostilités.

Environ une quinzaine d'observateurs seront déployés de part et d'autre de la frontière. Les détails et le programme précis feront l'objet de discussions ultérieures entre la Thaïlande, le Cambodge et l'Indonésie, a indiqué M. Thani.

Le placement d'observateurs dans les zones litigieuses permettra aux habitants thaïlandais à la frontière de se sentir plus en securité, car la Thaïlande et le Cambodge montrent ainsi qu'ils sont engagés à éviter de futurs affrontements, a indiqué le porte-parole.

Selon lui, la réunion portant sur la démarcation de la frontière de la Commission frontalière conjointe thaïlando-cambodgienne se tiendra probablement au cours de la première semaine de mars en Indonésie, au lieu du 27 février comme l'avait précédemment proposé la partie thaïlandaise.

A la suite des accrochages frontaliers survenus entre les 4 et 7 février, il y a eu de nouveau quelques escarmouches. Les commandements militaires des deux pays s'étaient accordés sur une trêve le 5 février, mais elle n'a pas été complètement respectée.

Peu après la réunion du Conseil de sécurité de l'ONU sur le conflit frontalier, qui s'est tenue le 14 février à New York et à laquelle les ministres des Affaires étrangères des deux pays ont participé aux côtés de leur homologue indonésien, actuel président de l'ASEAN, une nouvelle série d'accrochages se sont produits. Le Conseil de Sécurité a appelé la Thaïlande et le Cambodge à instaurer un "cessez-le-feu permanent" et a demandé à l'Indonésie de faciliter les négociations.

Dans les affrontements meurtriers survenus du 4 au 7 février, deux soldats thaïlandais et huits soldats cambodgiens ont perdu la vie, et plus de 20 000 habitants à la frontière ont été forcés à fuir lors des échanges de tirs entre les deux parties, qui ont eu recours à des armes légères ainsi qu'à de l'artillerie lourde.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Hu Jintao et Wen Jiabao ordonnent aux autorités concernées de faire tout leur possible pour assurer la sécurité des Chinois en Libye
La Chine va renforcer la prévention des maladies infectieuses durant le printemps et l'été
En fin de compte, qui menace vraiment qui ?
Réactions des différents pays, face à la position de la Chine, en tant que 2e économie mondiale
La responsabilité ne pèse pas sur la Chine...
Les risques qui menacent la Chine sont à prendre au sérieux
Le nouveau statut de deuxième puissance économique mondiale doit inciter la Chine à la prudence