Nouvelles bilingues/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 18.02.2011 08h26
Les affrontements le long de la frontière entre la Thaïlande et le Cambodge reprennent

Les guerres rhétoriques entre Bangkok et Phnom Penh ont commencé après l'éclatement des affrontements entre les troupes thaïlandaises et cambodgiennes à la frontière disputée mardi.

Le secrétaire du ministère thaïlandais des Affaires étrangères, Chavanont Intarakomalyasut, a déclaré à Xinhua mercredi que le Cambodge devrait respecter le résultat de la réunion avec le Conseil de sécurité des Nations Unies lundi à New York en arrêtant de tirer sur la partie thaïlandaise.

"Sans les affrontements initiés par les troupes cambodgiennes, les négociations seraient plus faciles", a indiqué M. Chavanont.

Cependant, le ministère cambodgien des Affaires étrangères a publié mercredi après-midi un communiqué, accusant la partie thaïlandaise d'initier les affrontements, ajoutant que les troupes cambodgiennes se sont abstenues de tirer en représailles.

"Pour ce qui est des recommandations du CS de l'ONU le 14 février, les troupes cambodgiennes ont fait preuve de la plus grande modération et n'ont pas répondu aux provocations des forces armées thaïlandaises", a indiqué le communiqué.

Le porte-parole de l'armée thaïlandaise, Sansern Kaewkamnerd, a déclaré n'avoir enregistré aucun mort et aucun blessé du côté thaïlandais. La partie cambodgienne ne déplore aucun mort ni aucun blessé.

Alors que M. Sansern, selon la version en ligne du Bangkok Post, a déclaré que l'intention des troupes cambodgiennes était clairement de prendre la position thaïlandaise, le Cambodge a déclaré : "Cette violation du cessez-le-feu par les forces armées thaïlandaises montre clairement que la vraie intention derrière l'insistance de la Thaïlande pour résoudre le dossier au niveau bilatéral est d'utiliser ses forces militaires supérieures pour prendre le territoire cambodgien à proximité du temple de Preah Vihear".

Après la réunion entre trois ministres des Affaires étrangères, Kasit Piromya de Thaïlande, Hor Namhong du Cambodge, et Marty Natalegawa d'Indonésie, président de l'Association des Nations d'Asie du sud-est (ASEAN), lundi à New York, le CS de l'ONU a appelé dans un communiqué la Thaïlande et le Cambodge à cesser le feu et à négocier.

Cependant, il semble que les deux parties ont interprété le résultat de la réunion différemment en favorisant leur partie respective. Alors que Bangkok affirme que les négociations bilatérales suffisent, Phnom Penh insiste pour dire que l'intervention d'une partie tiers est nécessaire pour résoudre le conflit.

Les ministres thaïlandais et cambodgien des Affaires étrangères devraient se rencontrer.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Wen Jiabao : la Chine va rationaliser son industrie des terres rares
La Chine poursuit sa taxation préférentielle en faveur des petites entreprises cette année
La responsabilité ne pèse pas sur la Chine...
Les risques qui menacent la Chine sont à prendre au sérieux
Le nouveau statut de deuxième puissance économique mondiale doit inciter la Chine à la prudence
Les microblogs sont un moyen, pas une fin en soi
Le développement pacifique, le meilleur choix pour la Chine et le monde