Nouvelles bilingues/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 17.02.2011 13h17
Le Liban doit maintenir ses liens avec le TSL : chef de la diplomatie de l'UE

La chef de la diplomatie européenne Catherine Ashton a déclaré mercredi que le nouveau gouvernement du Liban devait respecter ses engagements envers le Tribunal spécial sur le Liban (TSL) qui enquête sur l'assassinat de l'ex-Premier ministre libanais Rafik Hariri en 2005.

Mme Ashton a dit avoir souligné aux responsables libanais que toutes les résolutions du Conseil de sécurité de l'ONU comptaient et devaient être respectées, y compris celles relatives au TSL.

Dans le cadre de sa tournée dans la région, la Haute représentante de l'Union européenne aux Affaires étrangères et à la Politique de sécurité Catherine Ashton également vice- présidente de la Commission européenne, a rencontré à Beyrouth le président Michel Sleimane, le président du Parlement Nabih Berri, et le Premier ministre désigné Najib Mikati.

Leurs discussions ont porté sur la situation au Liban et sur les événements récents dans la région, a-t-elle dit dans un communiqué publié par la Commission européenne.

Lors d'une brève conférence de presse à l'aéroport international de Beyrouth, Mme Ashton a qualifié ses entretiens avec les responsables libanais de « très constructifs ».

« J'encourage tous les dirigeants politiques à faciliter la formation d'un gouvernement représentatif dans un esprit de consensus reposant sur la justice, la stabilité et une véritable démocratie qui doit être renforcée dans l'intérêt du peuple libanais », a-t-elle déclaré aux journalistes.

Le gouvernement d'union nationale libanais dirigé par le fils de M. Hariri, le Premier ministre sortant Saad Hariri, s'est effondré en janvier après que les ministres du groupe armé chiite Hezbollah et de ses alliés se sont retirés du gouvernement en raison d'un litige sur le TSL, tribunal sous l'égide de l'ONU.

Saad Hariri et sa coalition ont appelé M. Mikati à s'engager clairement à ne pas rompre les liens avec ce tribunal contesté. Le tribunal devrait selon toutes prévisions impliquer des membres du Hezbollah dans l'assassinat de 2005, mais ce puissant mouvement rejette ces accusations et fait campagne pour réclamer que le Liban coupe tout lien avec le TSL.

Mme Ashton a dit avoir encouragé les dirigeants libanais à garantir l'engagement du Liban à respecter sa Constitution et ses obligations internationales.

Mme Ashton a ajouté que l'UE comptait sur le gouvernement pour former un programme prenant en compte ces éléments et permettant de faire avancer les réformes au Liban. « J'ai affirmé que l'UE était prêt à aider le Liban sur cette voie, et réitéré le soutien total de l'UE à la souveraineté, à l'indépendance, à la démocratie, à la paix et à la stabilité du Liban », a-t-elle conclu.

Un communiqué du bureau de M. Mikati à l'issue de ces entretiens indique que celui-ci réaffirme son désir de justice et de stabilité au Liban « et appelle l'Union européenne à juger son gouvernement sur ses actes plutôt que selon des préjugés ».

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
La Chine poursuit sa taxation préférentielle en faveur des petites entreprises cette année
Les conséquences heureuses d'une lettre d'une handicapée à Wen Jiabao
Les risques qui menacent la Chine sont à prendre au sérieux
Le nouveau statut de deuxième puissance économique mondiale doit inciter la Chine à la prudence
Les microblogs sont un moyen, pas une fin en soi
Le développement pacifique, le meilleur choix pour la Chine et le monde
L'«image de la Chine » fait l'objet de discussions lors du Forum de Davos