Nouvelles bilingues/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 16.02.2011 14h43
La France met sous surveillance les opérations financières liées à l'Egypte

Le gouvernement français a demandé lundi tous les opérateurs financiers du pays d'appliquer "les mesures de vigilance complémentaires" à l'égard des opérations financières liées à l'Egypte et de signaler des mouvements suspects aux autorités.

"Au regard des évènements récemment survenus en Egypte, l'ensemble des professionnels (...) sont invités à appliquer avec une particulière attention les mesures de vigilance complémentaires" à l'égard de "toutes les opérations susceptibles de concerner, directement ou indirectement, des personnes visées (...) et en lien avec l'Egypte", a indiqué dans un communiqué Tracfin, le service du renseignement et action contre les circuits financiers clandestins attaché au ministère français des Finances.

"Les opérations susceptibles" devront "sans délai faire l'objet d'une déclaration à Tracfin", a souligné le communiqué.

Le gouvernement égyptien a demandé jusqu'ici à plusieurs pays occidentaux tels que l'Allemagne, les Etats-Unis, la France et le Royaume-Uni de geler les avoirs des anciens hauts responsables égyptiens sous régime de Hosni Moubarak. Pourtant, M. Moubarak ne faisait pas lui-même cible de la demande du gel des avoirs.

Les autorités françaises se disent lundi être "à la disposition des autorités égyptiennes" si les dernières demanderaient le gel des avoirs de M. Moubarak.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Les conséquences heureuses d'une lettre d'une handicapée à Wen Jiabao
Chine : le commerce extérieur du Xinjiang a plus que triplé entre 2006-2010
Les risques qui menacent la Chine sont à prendre au sérieux
Le nouveau statut de deuxième puissance économique mondiale doit inciter la Chine à la prudence
Les microblogs sont un moyen, pas une fin en soi
Le développement pacifique, le meilleur choix pour la Chine et le monde
L'«image de la Chine » fait l'objet de discussions lors du Forum de Davos