Nouvelles bilingues/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 14.02.2011 16h34
Pakistan : mandat d'arrêt émis contre l'ancien président Musharraf dans l'enquête sur l'assassinat de Benazir Bhutto

Un mandat d'arrêt a été émis samedi à l'encontre de l'ancien président pakistanais Pervez Musharraf dans le cadre de l'enquête sur l'assassinat de l'ancienne Premier ministre pakistanaise Benazir Bhutto, ont annoncé les procureurs.

Un tribunal anti-terrorisme a ordonné à l'ancien président de comparaître devant le tribunal de la ville de garnison de Rawalpindi le 19 février.

Les procureurs avaient demandé lundi au tribunal de déclarer M. Musharraf "en fuite" et d'ajouter son nom sur la liste des accusés dans l'enquête sur l'assassinat de Mme Bhutto.

Le procureur de l'Agence fédérale d'investigation (FIA) Chaudhry Zulfiqar a expliqué au tribunal que M. Musharraf devait être classifié "accusé en fuite".

Le tribunal juge actuellement cinq personnes suspectées d'être impliquées dans l'assassinat de Mme Bhutto, dont des membres de Tehrik-e-Taliban Pakistan, accusés d'avoir planifié et facilité l'assassinat.

Benazir Bhutto a été assassinée dans un attentat suicide le 27 décembre 2007, à l'issue d'un rassemblement public organisé dans le cadre de sa campagne électorale à Rawalpindi.

L'accusation affirme que l'ancien commissaire de la police de Rawalpindi, Saud Aziz, et l'ancien chef de la police, Khurram Shahzad, récemment arrêtés par la FIA pour négligence dans la protection de Mme Bhutto, agissaient à l'époque sur ordre du président Musharraf.

Les deux policiers ont également été accusés d'avoir nettoyé les lieux de l'attentat et effacé une grande partie des traces de leur passage

Un porte-parole de M. Musharraf a déclaré que l'inculpation de l'ancien président était motivée par des arrières pensés politiques, affirmant que ce dernier se présenterait au tribunal s'il recevait l'acte d'accusation officiel.

M. Musharraf vit en exil en Grande-Bretagne depuis avril 2009. Il a déclaré qu'il avait l'intention de retourner au Pakistan avant les prochaines élections générales de 2013. Il a formé un nouveau parti politique, la Ligue unifiée des musulmans du Pakistan.

Une commission de l'ONU chargée de l'enquête sur l'assassinat de Mme Bhutto affirme que la responsabilité de M. Musharraf est engagée dans cette affaire, car il n'a pas fourni de protection suffisante à Mme Bhutto après son retour au Pakistan, en octobre 2007.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Chine : le commerce extérieur du Xinjiang a plus que triplé entre 2006-2010
La Chine doit se préparer efficacement au vieillissement de sa population
Les microblogs sont un moyen, pas une fin en soi
Le développement pacifique, le meilleur choix pour la Chine et le monde
L'«image de la Chine » fait l'objet de discussions lors du Forum de Davos
Les 10 raisons pour lesquelles les Etats-Unis diabolisent la Chine
Quand la « Mère Patrie » en vient à friser l'incident diplomatique...