Nouvelles bilingues/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 20.01.2011 08h31
Le médicament Mediator suspecté de 500 décès en France

L'Inspection générale des affaires sociales (IGAS) a publié un rapport d'enquête le 15 janvier sur Mediator, un médicament coupe-faim suspecté de 500 décès en France. La société pharmaceutique est soupçonnée d'avoir dissimulé les effets secondaires et d'avoir dupé ses clients. Xavier Bertrand, ministre du Travail, de l'Emploi et de la Santé a dénoncé le 16 janvier le scandale et déclaré qu'il faudrait rebâtir le système du médicament de manière générale.

L'ingrédient principal du Mediator est le benfluorex, un puissant anorexigène. Il figure sur la liste des médicaments interdits par le gouvernement français depuis 2009, après sa mise sur le marché en 1976. La cause de ce retrait du marché est qu'il risque de détériorer les fonctions cardiaques, pouvant même mener au décès.

Le Figaro a conduit un reportage en reprenant des extraits du rapport. Celui-ci affirme que le groupe Servier était bien conscient des propriétés anorexigènes du Mediator avant de le mettre sur le marché, mais il a tenté de duper ses clients sur les effets médicaux du benfluorex. « Lorsque la molécule du benfluorex est introduite sur le marché en 1976, la préoccupation des laboratoires Servier est de la présenter comme ce qu'elle est peut-être - un adjuvant au traitement des hyperlipidémies et du diabète de type 2 - et non comme ce qu'elle est à coup sûr, un puissant anorexigène ».

En novembre 2010, le gouvernement français estime dans un rapport qu'au moins 500 personnes sont décédées à cause de l'utilisation de Mediator en trente ans. Jacques Servier, le fondateur du laboratoire qui porte son nom, est appelé à comparaître devant le tribunal correctionnel le 11 février.

Le rapport souligne que le nom du benfluorex précisait sa qualité anorexigène et que la société Servier a tenté de le modifier en 1973.

Lorsque la France a restreint l'utilisation des anorexigènes en 1995, Mediator aurait pu être retiré du marché. Cependant, il a été maintenu à cause de la division de certains responsables des départements de santé sur les propriétés anorexigènes du médicament.

Quand le ministère a interdit l'utilisation de la dexfenfluramine en 1997, le Mediator, dont la composition était proche, n'a pas été inquiété.

En 1999, beaucoup de malades sous Mediator ont rapporté des effets secondaires anormaux, mais cela n'a pas réduit les ventes.

Le groupe Servier a reconnu le 9 janvier les risques de Mediator, avant de déclarer le 15 que la conclusion du rapport d'enquête ne correspondait pas à la réalité.

Xavier Bertrand a déclaré le 16 janvier que le système sanitaire a failli à son devoir, et que l'Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps) n'a pas rempli sa tâche. Selon lui, la publication du rapport d'enquête n'est que la première phase.

Il a proposé une réforme générale, afin d'établir un nouveau système plus transparent.

Le financement de l'Afssaps serait modifié, pour changer la situation actuelle d'obtention de fonds dépendante de la perception fiscale des entreprises pharmaceutiques. Il veut aussi réduire le personnel de certains départements, créer un système de représentants des malades et des agences d'inspection indépendantes et renforcer la transparence.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
La Chine poursuivra les exportations des terres rares, envisageant la mise en place de quotas annuels
La Chine soutient une plus grande représentation des pays en développement dans le Conseil de sécurité de l'ONU
Flatter la Chine sur le « rachat de l'Europe »
La Chine contribue à soulager la crise de la dette européenne
Les étrangers connaissent-ils réellement la Chine ?
Comment les Français imaginent la Chine ?
Les excédents commerciaux de la Chine sont gonflés par des méthodes d'évaluation obsolètes