Nouvelles bilingues/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 12.01.2011 15h04
Espionnage chez Renault : "pas d'accusation officielle" à l'égard d'aucun pays (Baroin)

Le porte-parole du gouvernement français, François Baroin, a confirmé mardi que son pays n'avait jusqu'à présent lancé d'accusation contre un pays dans l'affaire de l'espionnage chez le constructeur automobile français Renault.

"Il n'y a pas d'accusation officielle de la France et du gouvernement français à l'égard d'aucun pays aujourd'hui", a indiqué le ministre du Budget français, lors d'un entretien avec la radio Europe 1.

"Renault, comme d'autres, est victime d'une guerre d'intelligence économique", a dit M. Baroin.

"Nous sommes en procédure de licenciement (de trois cadres dirigeants)", a déclaré une porte-parole de Renault à Xinhua.

Jeudi dernier, Renault avait annoncé avoir mis à pied trois cadres dirigeants qui "mettaient en risque consciemment et délibérément des actifs de l'entreprise".

"Nous sommes arrivés à la conclusion que nous étions face à un système organisé de collecte d'informations économiques, technologiques et stratégiques pour servir des intérêts situés à l'étranger", a indiqué Patrick Pélata, directeur général délégué de Renault, dans un entretien avec le Monde, publié dimanche.

"Il s'agit en l'espèce d'un travail de professionnels", a souligné M. Pélata, sans évoquer la piste chinoise présumée.

Dès le 7 janvier, certains journaux français suggéraient "une piste d'une fuite vers la Chine de secrets sur les voitures électriques de Renault". Le constructeur automobile s'est refusé à tout autre commentaire.

"Jusqu'à présent, Renault n'a plus d'informations à (vous) donner", a dit Rafaële Gomez, la porte-parole du groupe français jointe au téléphone par Xinhua.

"Les informations selon lesquelles il y a une piste chinoise dans l'affaire de l'espionnage de Renault sont sans fondement et irresponsables", a souligné Hong Lei, un porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères.

"La Chine ne peut pas les accepter", a-t-il affirmé.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Les ministres chinois et américain de la Défense appellent à traiter les différends à travers le dialogue
Rencontre entre les chefs de la défense chinoise et américaine
Comment les Français imaginent la Chine ?
Les excédents commerciaux de la Chine sont gonflés par des méthodes d'évaluation obsolètes
Une décennie de défis en perspective pour la Chine
Une Chine qui monte en puissance suscitera plus de critiques
Comment vendre l'image d'un Dragon amical ?