Nouvelles bilingues/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 07.01.2011 09h02
Le Premier ministre grec plaide de nouveau pour une émission d'euro-obligations

Le Premier ministre grec Georges Papandréou a plaidé jeudi de nouveau pour une émission d'euro-obligations, un moyen qui pourrait "contribuer" à résoudre la crise de la dette de la zone euro.

"Il y a un soutien croissant pour émettre des euro-obligations qui peuvent aider l'Europe à atteindre des objectifs", a déclaré M. Papandréou, lors d'un colloque à Paris en présence de son homologue français François Fillon.

Les euro-obligations permettront de faciliter le financement de projets d'infrastructures et d'aider à réduire les tensions croissantes sur le marché obligataire, et ce en faveur des pays membres de la zone euro, a poursuivi le Premier ministre grec.

En décembre dernier, M. Papandréou avait plaidé pour l'adoption par l'Union européenne d'euro-obligations.

Il a également exhorté les pays confrontés à des problèmes budgétaires à poursuivre les efforts d'assainissement et de réformes structuelles.

Selon lui, les euro-obligations peuvent être un outil concret complémentaire pour aider à résoudre la crise de la dette souveraine européenne, mais elles ne pourront pas remplacer les "ajustements nécessaires".

Début décembre dernier, le président de l'Eurogroupe et Premier ministre luxembourgeois Jean-Claude Juncker et le minisre italien de l'Economie et des Finances Giulio Tremonti avaient relancé, dans un article publié sur le quotidien britannique Financial Times, l'appel pour l'émission d'euro-obligations, mais l'Allemagne et la France avaient ensuite rejeté cette idée.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Obama discute avec le ministre chinois des AE de la prochaine visite du président chinois
La Chine reçoit une invitation de l'Iran à visiter ses usines nucléaires
Une Chine qui monte en puissance suscitera plus de critiques
Comment vendre l'image d'un Dragon amical ?
Les mesures de règlement des embouteillages à Paris méritent d'être étudiées par Beijing
Interaction active entre la Chine et le monde
Ne pas céder l'Afrique à la Chine est une logique perverse