Nouvelles bilingues/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 05.01.2011 15h55
Le Venezuela clame une victoire diplomatique face aux Etats-Unis

Le Venezuela a affirmé mardi qu'il avait obtenu un "triomphe diplomatique", car les Etats-Unis ont finalement consenti à proposer un autre candidat pour assumer la fonction d'ambassadeur américain à Caracas, en remplacement de Larry Palmer.

La victoire est survenue après la brève rencontre qui a eu lieu entre le président vénézuélien et la secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton dimanche dernier alors que les deux dirigeants se trouvaient à Brasilia pour assister à l'investiture de la présidente brésilienne Dilma Rousseff, a annoncé dans un communiqué le ministère vénézuélien de la Communication et de l'Information.

"Il s'agissait d'une rencontre amicale et impromptue", a ajouté le ministère.

Le gouvernement vénézuélien était opposé à la nomination de M. Palmer depuis le mois d'août 2010, car ce diplomate américain avait affirmé, lors de son habilitation comme ambassadeur devant le Sénat américain, que le Venezuela abritait des guérillas colombiennes de gauche, que les forces armées du Venezuela étaient sous influence cubaine et que leur moral était bas.

En réponse, les États-Unis ont révoqué la semaine dernière le visa de l'ambassadeur du Venezuela à Washington, Bernardo Alvarez.

Suite à la rencontre entre M. Chavez et Mme Clinton, le gouvernement américain a annoncé mardi que la nomination de M. Palmer avait été annulée, et a réaffirmé la volonté des Etats-Unis de maintenir de bonnes relations avec le Venezuela.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le froid intense se poursuit au sud de Chine
L'Année d'amitié sino-pakistanaise lancée à Islamabad
Une Chine qui monte en puissance suscitera plus de critiques
Comment vendre l'image d'un Dragon amical ?
Les mesures de règlement des embouteillages à Paris méritent d'être étudiées par Beijing
Interaction active entre la Chine et le monde
Ne pas céder l'Afrique à la Chine est une logique perverse