Nouvelles bilingues/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 31.12.2010 08h29
Turquie : une ancienne rédactrice d'un journal condamné à 138 ans d'emprisonnement

L'ancienne rédactrice en chef d'un journal en langue kurde en Turquie a été condamnée jeudi à 138 ans d'emprisonnement en raison de ses liens supposés avec le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), a rapporté la presse locale.

Emine Demir, du quotidien Azadiya Welat (Indépendance de la patrie) a été déclarée coupable d'avoir fait la propagande du PKK, considérée comme une organisation terroriste par le gouvernement turc, par une cour de la province de Diyarbakir (sud-est), a rapporté l'agence de presse Anatolie.

La cour a déclaré Mme Demir coupable d'avoir fait la propagande du PKK à 84 reprises dans les colonnes du journal sur la période 2008 - 2009.

Mme Demir n'a pas assisté à l'audience de la cour et son avocat a indiqué qu'elle n'était pas aux ordres du PKK et que ses reportages devaient être pris en considération dans le cadre de la liberté d'expression.

Un mandat d'arrêt a été émis à l'encontre de Mme Demir, a ajouté le reportage.

Le PKK, considéré comme un mouvement terroriste par la Turquie, l'Union européenne et les Etats-Unis, mène depuis 1984 une insurrection sécessionniste dans le sud-est de la Turquie, région pauvre et sous-développée, peuplée majoritairement de Kurdes. Ce conflit a fait plus de 40.000 morts depuis lors.

Source: xinhua

Commentaire
Je pense que c'est mérité si elle a vraiment fait la propagande d'un groupe terroriste
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
L'Ukraine a acheminé la majorité de son uranium hautement enrichi à la Russie
La Chine soutient le dialogue entre la RPDC et la République de Corée et insiste sur les pourparlers à six
Une Chine qui monte en puissance suscitera plus de critiques
Comment vendre l'image d'un Dragon amical ?
Les mesures de règlement des embouteillages à Paris méritent d'être étudiées par Beijing
Interaction active entre la Chine et le monde
Ne pas céder l'Afrique à la Chine est une logique perverse