Nouvelles bilingues/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 27.12.2010 13h23
La reprise des pourpalers de paix vitale pour "notre existence" (ministre israélien)

Le ministre israélien de l'Industrie, du Commerce et du Travail Benjamin Ben-Elizer a déclaré dimanche que l'existence d'Israël dépendrait de la reprise des pourparlers de paix avec les Palestiniens, affirmant qu'à un certain point, même les Etats-Unis, l'allié le plus ferme d'Israël, pourrait reconnaître un Etat palestinien.

"Nous devons faire tout le possible pour aller vers un dialogue avec les Palestiniens, même si cela nous coûterait un gel de la construction des installations de colons juifs pendant quelques mois", a déclaré M. Ben-Eliezer lors d'une réunion hebdomadaire du cabinet, cité par le journal local Ha'aretz.

"Je ne serais pas surpris si en un an, le monde entier soutenait un Etat palestinien, y compris les Etats-Unis", a-t-il déclaré à ses collègues au gouvernement.

Des pays latino-américains, tels que l'Argentine, le Brésil, l'Equateur et l'Uruguay ont reconnu l'Etat palestinien. Le Paraguay a annoncé qu'il le ferait l'année prochaine.

Israël et les Etats-Unis considèrent les efforts palestiniens visant à obtenir la reconnaissance de l'Etat palestinien par l'ONU comme mesures "unilatérales" et insistent qu'un Etat palestinien devrait être établi à travers des négociations avec Israël.

Les négociations directes entre les Israéliens et Palestiniens, lancées en septembre dernier, sont entrées dans l'impasse après le refus israélien de prolonger un gel de la construction des installations de colons juifs en Cisjordanie.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
La Chine appelle au dialogue sur le dossier de la Péninsule coréenne
La Chine rejette les critiques du Vatican sur ses affaires religieuses
Comment vendre l'image d'un Dragon amical ?
Les mesures de règlement des embouteillages à Paris méritent d'être étudiées par Beijing
Interaction active entre la Chine et le monde
Ne pas céder l'Afrique à la Chine est une logique perverse
Pourquoi le « Made in China » est plus cher