Nouvelles bilingues/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 15.12.2010 08h16
L'armée australienne se plaint du délai insuffisant de détention des insurgés en Afghanistan

Les troupes australiennes en Afghanistan font face à un problème moral, car elles ne peuvent détenir des prisonniers en Afghanistan au-delà de trois jours, certaines personnes relâchées étant subséquemment recapturées sur le champ de bataille, a fait savoir mardi l'Association de la Défense australienne.

Selon le directeur exécutif de l'Association de Défense australienne Neil James, les membres des troupes, et en particulier les soldats des forces spéciales, ont risqué leur vie pour capturer des suspects, mais ont été contraints de les libérer trois jours après.

M. James, ancien officier de l'armée et auteur du manuel d'interrogation de l'armée, a indiqué qu'il était nécessaire de maintenir les prisonniers en détention pour évaluer leur intelligence, trois jours ne s'avérant pas suffisant pour ce faire.

D'après lui, il est arrivé à plusieurs reprises que les troupes ayant détenu certaines personnes et les ayant libéré trois jours après les reprennent ensuite.

"Les forces australiennes sont confrontées à un problème moral croissant, les troupes interpellant les suspects voyant ceux-ci être relâchés dans les trois jours suivant (et...) et les interrogateurs n'étant pas autorisés à le questionner," a-t-il révélé mardi à l'Australia Associated Press.

"La durée de détention et la nature de ce qui peut survenir durant celle-ci devraient faire l'objet de modifications" a-t-il précisé.

Dans le même temps, le ministre australien de la Défense Stephen Smith a indiqué que le gouvernement fédéral tiendrait compte du prolongement de la durée de détention et de l'éventuel extension des compétences des soldats dans le cadre de l'interrogatoire des détenus.

Le dirigeant de l'opposition australienne Tony Abbott avait annoncé début octobre au Parlement qu'il fallait autoriser les soldats australiens en Afghanistan à détenir les prisonniers plus de quatre jours.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Chine : l'APN va continuer ses discussions sur un amendement au Code pénal
Editorial du «Quotidien du peuple»: inauguration du 12e plan quinquennal
Le football, symbole du combat de l'Afrique pour sa reconnaissance dans le monde (REPORTAGE)
Pourquoi y a-t-il moins d'embouteillages à Paris qu'à Beijing ?
« La plupart des Nations » s'opposent à la remise du Prix de la Paix à Liu Xiaobo
La plupart des membres de la communauté internationale ne soutiennent pas la décision erronée du jury du prix Nobel de paix
La France mène une diplomatie des « commandes » et les nouveaux pays émergents en sont la cible