Nouvelles bilingues/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 15.12.2010 08h12
Le ministre allemand de la Défense rend une visite aux troupes en Afghanistan

Le ministre allemand de la Défense, Karl Theodor Zu Guttenberg, a rendu lundi une visite surprise aux troupes basées dans la province afghane de Kunduz (nord).

Lors d'une conférence de presse tenue au terme de sa visite aux troupes, le ministre a déclaré que son pays continuerait à soutenir l'Afghanistan dans les domaines de la reconstruction et de la sécurité après 2014, date à laquelle le transfert de compétence aux forces afghanes, un processus initié dès 2011, sera effectif.

Ce dignitaire est le cinquième haut responsable étranger à effectuer une visite en Afghanistan depuis le début du mois de décembre. Plus tôt, le président américain Barack Obama, le Premier ministre britannique David Cameron, le secrétaire américain à la Défense Robert Gates et le Premier ministre pakistanais Syed Yousuf Raza Gilani se sont tous rendus en visite dans ce pays d' Asie centrale.

Ces visites en Afghanistan se sont toutes déroulées de manière inopinée, pour raison de sécurité.

Plus de 4.500 soldats allemands sont déployés en Afghanistan dans le cadre de la Force internationale d'assistance à la sécurité (ISAF) qui, forte d'un effectif de 140.000 militaires, a pour mission d'aider à stabiliser ce pays ravagé par la guerre.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Chine : l'APN va continuer ses discussions sur un amendement au Code pénal
Editorial du «Quotidien du peuple»: inauguration du 12e plan quinquennal
Le football, symbole du combat de l'Afrique pour sa reconnaissance dans le monde (REPORTAGE)
Pourquoi y a-t-il moins d'embouteillages à Paris qu'à Beijing ?
« La plupart des Nations » s'opposent à la remise du Prix de la Paix à Liu Xiaobo
La plupart des membres de la communauté internationale ne soutiennent pas la décision erronée du jury du prix Nobel de paix
La France mène une diplomatie des « commandes » et les nouveaux pays émergents en sont la cible