Nouvelles bilingues/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 10.12.2010 13h18
La France rejette l'idée d'émettre des obligations européennes

La présidence française a rejeté jeudi l'idée d'émettre des obligations européennes, proposée par le Premier ministre luxembourgeois Jean-Claude Juncker et le ministre italien des Finances Giulio Tremonti.

"Il n'y a pas lieu aujourd'hui de discuter de nouvelles propositions alors même que nous venons de nous mettre d'accord sur un mécanisme permanent" de soutien, a indiqué la présidence française, citée par l'AFP.

"Aujourd'hui, nous avons un dispositif qui a été agréé par l'ensemble des pays européens à l'Eurogroupe, qui fait l'objet d'un accord, avec un mécanisme permanent, inter-gouvernemental de soutien en cas de crise, et un accord sur l'implication du secteur privé", a rappelé cette source de l'Elysée.

La proposition d'émettre des obligations communes de la zone euro "pose des difficultés, notamment de moralité, de partage des coûts et des gains des émissions", a ajouté la même source.

Le 28 novembre, les 16 pays membres de la zone euro avaient accepté de créer un mécanisme permanent de secours aux pays qui traversent des difficultés financières. Ce mécanisme devrait remplacer en 2013 le fonds européen de stabilité financière, mis en place en mai dernier, après la crise de la dette souveraine grecque.

L'idée d'émettre des obligations européennes avait été avancée lundi par M. Juncker, qui assume la présidence de l'Eurogroupe, et M. Tremonti dans un article publié sur le journal britannique Financial Times.

Cette idée a été refusée dans la même journée par la chancelière allemande Angela Merkel.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
La Chine disposée à coopérer avec l'UE sur le contrôle du commerce mondial des armes
La Chine va améliorer le système de financement des hôpitaux en zone rurale
Qu'est-ce qui se cache derrière le "sacre" de Liu Xiaobo ? (COMMENTAIRE)
La façon bien peu élégante de la Norvège de traiter la Chine
Péninsule coréenne : la Chine reste neutre
L'UE doit davantage tenir compte des plaintes et des demandes de l'Afrique
Les enseignants doivent-ils vraiment se mettre à genoux devant leurs étudiants ?