Nouvelles bilingues/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 08.12.2010 16h13
Le Costa Rica demande à l'OEA d'agir sur le litige frontalier avec le Nicaragua

Le ministre costaricain des Affaires étrangères Rene Castro a appelé mardi l'Organisation des Etats américains (OEA) à demander au Nicaragua de retirer ses troupes de la région frontalière avec le Costa Rica.

"Ni le Costa Rica ni tout autre pays souverain ne peut autoriser ces actes. Pour cette raison, mon pays, qui n'a pas d'armée, demande au système interaméricain de protéger notre souveraineté qui a été violée par le Nicaragua", a déclaré M. Castro lors de la 27e réunion consultative des chefs de diplomatie de l'OEA tenue à San José, capitale costaricaine.

M. Castro a mis en question la capacité de l'OEA à régler les conflits régionaux de ce genre et à défendre les droits de ses Etats membres.

Selon lui, l'OEA envoie au monde un message négatif en jetant le droit international "à la poubelle" et en indiquant aux pays qui n'ont pas d'armée qu'ils devraient s'armer pour défendre leurs droits.

L'OEA avait proposé aux deux pays de retirer leurs troupes de la frontière commune, mais cette proposition a été ignorée par le gouvernement nicaraguayen, a rappelé le ministre costaricain.

"Nous avons un pays sans armée qui a été attaqué, offensé, et qui a fait des concessions, a respecté les recommandations du Conseil permanent, et un autre pays qui a initié une attaque avec sa force armée et qui refuse de respecter les recommandations", a dénoncé le ministre costaricain.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
La Chine va améliorer le système de financement des hôpitaux en zone rurale
Trois satellites Glonass russes s'écrasent dans l'océan Pacifique
Péninsule coréenne : la Chine reste neutre
L'UE doit davantage tenir compte des plaintes et des demandes de l'Afrique
Les enseignants doivent-ils vraiment se mettre à genoux devant leurs étudiants ?
« Atterrissage en douceur » pour l'économie chinoise ?
"Sommet de Hambourg" : l'Europe doit-elle embrasser le dragon chinois ?