Nouvelles bilingues/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 06.12.2010 11h52
La France appelle les responsables haïtiens à respecter la volonté populaire

La France juge "inacceptables" les demandes de départ anticipé du président haïtien René Préval lancées lors des manifestations post-électorales, tout en appelant les parties prenantes à respecter la volonté populaire exprimée lors de l'élection présidentielle.

"Nous sommes préoccupés par les violences hier en Haïti, que nous condamnons. Nous appelons à nouveau tous les acteurs haïtiens au calme et à la responsabilité. La volonté populiare, telle qu' elle s'est exprimée lors du scrutin de dimanche dernier, doit être respectée", a indiqué le porte-parole du ministère français des Affaires étrangères Bernard Valero lors d'un point de presse vendredi.

Les demandes de départ anticipé du président actuel Préval lancées lors des manifestations dans la capitale haïtienne Port-au- Prince "ne sont pas acceptables s'agissant d'une autorité élue", a souligné le porte-parole.

La réunion prévue vendredi à Port-au-Prince entre le Conseil électoral provisoire, la mission d'observation OEA (Organisation des Etats Américains)/ CARICOM (la communauté caribéenne) et les candidats à l'élection présidentielle est importante, a constaté M. Valero, ajoutant que la France soutient à la mission d'observation électorale de l'OEA en Haïti et la Minustah (Mission des Nations Unies pour la stabilisation en Haïti) qui joue un rôle crucial pour assurer la sécurité et la stabilité du pays caribéen.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
La Russie et le Qatar respectivement désignés pays hôtes du Mondialde 2018 et 2022
Un haut conseiller politique chinois appelle à déployer plus d'efforts pour combattre la pauvreté
L'UE doit davantage tenir compte des plaintes et des demandes de l'Afrique
Les enseignants doivent-ils vraiment se mettre à genoux devant leurs étudiants ?
"Sommet de Hambourg" : l'Europe doit-elle embrasser le dragon chinois ?
« Atterrissage en douceur » pour l'économie chinoise ?
Le changement climatique est plus qu'un problème de négociations