Nouvelles bilingues/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 01.12.2010 11h54
Sida : l'UNICEF insiste sur les efforts auprès des communautés vulnérables

A la veille de la Journée mondiale de lutte contre le Sida, le Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF) a souligné mardi l'importance de concentrer les efforts sur les communautés les plus désavantagées et vulnérables.

"Afin d'atteindre l'objectif d'une génération libérée du Sida, nous avons besoin de faire plus pour les communautés les plus touchées. Chaque jour, environ 1.000 bébés naissent infectés par leur mère du VIH/Sida en Afrique sub-saharienne", a déclaré mardi le Directeur exécutif de l'UNICEF, Anthony Lake, à l'occasion de la publication d'un rapport sur les enfants et le Sida.

Le rapport "met en lumière les innovations comme le Paquet mère- bébé qui permet de soigner un certain nombre d'enfants et de mères par un traitement à base d'antirétroviraux comme jamais auparavant ", a-t-il déclaré.

Selon l'UNICEF, des millions de femmes et d'enfants n'ont pas accès au traitement de Prévention de la transmission du virus de la mère à l'enfant (PTME). Le rapport révèle que les freins à cet accès sont à la fois dus à des barrières sociales, géographiques, d'éducation, de genre et de statut social. Lever ces barrières est crucial afin d'atteindre l'objectif de l'accès universel de connaissances, de soins, de protection et de PTME pour toutes les femmes et les enfants.

D'après l'Organisation mondiale de la santé (OMS), dans les pays à faibles et moyens revenus, 53% des femmes enceintes qui vivent avec le VIH/Sida reçoivent des traitements antirétroviraux afin de prévenir la contamination de la mère à l'enfant, alors qu'en 2008 seules 45% des femmes en recevaient.

L'une des progressions les plus significatives est celle d'Afrique de l'est et du sud où la proportion des femmes ayant accès à ce type de traitement est passée de 58% en 2008 à 68% en 2009.

"Nous avons de fortes preuves que l'éradication de la transmission de la mère à l'enfant est réalisable", a pour sa part déclaré mardi la Directrice générale de l'OMS, Margaret Chan, à l'occasion de la publication du rapport de l'UNICEF.

Le Sida reste l'une des principales causes de décès des femmes en âge de reproduire et une de cause majeure de la mortalité maternelle. En Afrique sub-saharienne, 9% des décès des mères sont attribuables au VIH/Sida.

"Environ 370.000 enfants naissent avec les VIH chaque année. Chacune des ces infections est évitable", a déclaré le Directeur de l'ONUSIDA, Michel Sidibé.

"Nous devons empêcher les mères et leurs bébés mourir du VIH. C'est pourquoi j'ai appelé à l'élimination de la transmission de la mère à l'enfant d'ici 2015", a-t-il ajouté.

Dans les pays à bas et moyens revenus, le nombre d'enfants de moins de 15 ans qui reçoivent des traitements est passé de 275.300 en 2008 à 356.400 en 2009. Cette augmentation signifie que seuls 28% des 1,27 million d'enfants qui ont besoin d'antirétroviraux en reçoivent.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
L'Iran met en garde contre l'assassinat de ses physiciens
La Chine propose des concertations d'urgence entre les chefs des délégations des pourparlers à six
"Sommet de Hambourg" : l'Europe doit-elle embrasser le dragon chinois ?
La mort de Wang Bei reflète la situation réelle de la société chinoise
« Atterrissage en douceur » pour l'économie chinoise ?
Le changement climatique est plus qu'un problème de négociations
Pour quelle raison le repas à la française a été inscrit sur la liste du patrimoine intangible ?