100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 19.11.2010 08h15
L'OCDE prévoit une croissance de 4,6% pour l'économie mondiale en 2010

L'économie mondiale s'accroîtra de 4,6% en 2010 dans le contexte d'une reprise continue mais modérée, a indiqué l'Organisation de coopération et de développement économique (OCDE) dans la dernière version de son rapport "Perspectives économiques" publiée jeudi à Paris.


Le Produit intérieur brut (PIB) réel mondial doit progresser de 4,2% en 2011 et de 4,6% en 2012, alors que la reprise doit continuer d'être conduite par les économies hors de la zone OCDE, notamment les économies de marchés émergentes, selon le rapport.


La croissance modérée de la production et des échanges commerciaux depuis le début de l'année, ainsi que l'assainissement budgétaire, mesure très largement prise dans la zone OCDE, doivent faire plier à court-terme l'accroissement dans cette zone, alors que les économies de marché émergentes ont quant à elles légèrement ralenti leur rythme.


Le taux de chômage, qui demeure à un niveau élevé en zone OCDE, doit baisser légèrement à 8,3% fin 2010, à 8,1% en 2011 et à environ 7,3% d'ici la fin de 2012, mais de loin plus élevé que les 5,5% enregistrés avant la crise financière internationale, précise le rapport.


Toutefois, le rapport évoque des signaux positifs : une croissance plus durable dans les pays émergents, une inflation faible stabilisée dans les économies avancées et une forte demande intérieure en dehors de la zone OCDE.


"A fur et à mesure que les marchés financiers se normalisent, les ménages et les entreprises réduisent leurs dettes, et la croissance économique se renforceront progressivement dans la zone OCDE entre 2011 et 2012", a indiqué l'économiste en chef de l'organisation, Pier Carlo Padoan, dans la préface du rapport.


La croissance économique de la zone OCDE s'établira à 2,8% en 2010, tombera à 2,3% en 2011 avant de revenir au niveau de 2,8% en 2012, note le rapport qui prévoit que la zone euro connaîtra un accroissement de 1,7% en 2010 et 2011 et de 2% en 2012.


Le taux de croissance des Etats-Unis doit atteindre 2,7% en 2010, mais baisser à 2,2% avant de regagner 3,1%, alors que celui du Japon s'établira à 3,7% en 2010, mais glissera à 1,7% en 2011 et à 1,3% en 2012.


Bien que l'économie chinoise ait une fois ralenti au premier semestre de l'année courante, elle doit poursuivre son dynamisme actuel, et croître de 10,5% en 2010, avant de se stabiliser à 9,7% dans les deux années suivantes.


Les déficits budgétaires et les dettes publiques demeurant élevés dans la zone OCDE, la majorité des pays membres de l'organisation doivent procéder à l'assainissement budgétaire dans le courant de 2011, à moins que des risques prévus se concrétisent, a relevé M. Padoan.


Pour lui, l'assainissement budgétaire est nécessaire tant pour assurer la durabilité de la dette publique que pour gagner une marge de manoeuvre en faveur de la politique budgétaire. Il propose d'entamer des réformes structurelles nécessaires pour stimuler la croissance, afin de contribuer à la consolidation du budget et au rééquilibrage externe.


Quant à la politique monétaire, M. Padoan a estimé qu'elle devait revenir progressivement à une position plus normale. Dans nombre de pays, qui maintiennent un taux d'intérêt très bas, la politique monétaire n'est pas en mesure de compenser à court-terme les effets négatifs des mesures de rigueur, bien que l'assouplissement quantitatif puisse, dans certains cas, fournir un stimulant supplémentaire, a-t-il observé.


A moyen terme, lorsque la croissance se renforce, le taux d'intérêt devrait revenir au niveau neutre, au moins à un niveau de ne pas atténuer les effets indésirables des assouplissements de longue durée, a souligné M. Padoan.


L'assainissement budgétaire et les politiques structurelles peuvent travailler ensemble pour réduire les déséquilibres mondiaux, a indiqué l'économiste italien.


Une action déterminée et concertée pour restaurer l'équilibre macro-économique et un engagement aux réformes structurelles peuvent renforcer la confiance, accélérer la sortie de la récession et relancer la croissance durable dans le monde, a conclu M. Padoan.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Des pratiques illégales de travail à l'origine de l'incendie de Shanghai
L'acuponcture et l'opéra de Beijing inscrits sur la Liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l'humanité
Deux Europes dans la crise de la protection sociale
Sarkozy forme un nouveau gouvernement en préparation de la présidentielle (ANLAYSE)
Ce que cherche à obtenir Nicolas Sarkozy en France et dans le monde
Le sourire de Barack Obama à l'Inde est-il juste de pure forme ?
La Chine doit garder la tête froide au sujet de sa 3ème place au FMI