100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 16.11.2010 09h45
Le processus de révision est la "priorité" de l'organe de l'ONU pour les sanctions contre al-Qaïda

Le processus de révision des sanctions de l'ONU contre al-Qaïda et les talibans reste une "priorité" du travail du groupe de surveillance du Conseil de sécurité de l'ONU, a déclaré lundi le président de cet organe de surveillance au siège des Nations unies à New York.

Thomas Mayr-Harting, ambassadeur de l'Autriche à l'ONU et président du Comité du Conseil de sécurité en charge des sanctions contre les personnes physiques et morales liées à al-Qaïda ou aux talibans, a tenu ces propos en présentant un point d'information devant les 15 membres du conseil.

"Le processus de révision, le premier du genre a avoir été mené par un comité sur les sanctions de l'ONU, a été l'un des principaux objets du travail du comité au cours des deux dernières années, et a rempli une fonction importante à la fois pour renforcer la qualité de la Liste consolidée et pour conforter la crédibilité et la transparence d'ensemble du comité, a déclaré M. Mayr-Harting.

Le Comité supervise une liste consolidée de personnes physiques et morales sous le coup de sanctions.

Cet examen global "fixe la norme pour les révisions ultérieures à venir", en particulier pour ce qui est des personnes réputées décédées, ou des "entités dont l'identification ne permet pas une mise en oeuvre efficace".

M. Mayr-Harting a également repéré les noms de la Liste consolidée qui n'ont pas fait l'objet de révision depuis trois ans ou plus, indiquant qu'il faudrait également les réviser.

"Ces révisions représentent une démarche importante pour faire de la Liste consolidée un document plus dynamique répondant mieux à l'évolution constante de cette menace", a-t-il dit.

Avec des informations mises à jour, l'organisation internationale dispose "des informations les plus complètes et les plus précises" afin de "mettre en oeuvre efficacement" les sanctions sur les personnes ciblées par ce régime, a dit M. Mayr- Harting.

"Cette révision a démontré que le Comité dépendait fortement de la coopération des pays membres et que le régime de sanctions ne pouvait fonctionner efficacement que si les pays membres continuent d'yapporter leurs contributions et de la considérer comme une propriété collective", a-t-il dit.

La liste de sanctions de l'ONU a été créée à l'origine par la Résolution 1267 du Conseil de sécurité, adoptée en 1999 pour toucher les personnes physiques et morales associées à al-Qaïda, à Oussama ben Laden et aux talibans. Elle a fait l'objet de révisions et d'ajustements constants de la part du Conseil de sécurité.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Deux Europes dans la crise de la protection sociale
Chine : les recettes fiscales d'octobre en hausse de 14,8% en glissement annuel
Sarkozy forme un nouveau gouvernement en préparation de la présidentielle (ANLAYSE)
Ce que cherche à obtenir Nicolas Sarkozy en France et dans le monde
Le sourire de Barack Obama à l'Inde est-il juste de pure forme ?
La Chine doit garder la tête froide au sujet de sa 3ème place au FMI
La Chine et la réalité : choses vues et entendues par un journaliste chinois en Europe