100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 28.10.2010 16h21
L'Inde sera au coeur des considérations dans la réforme du Conseil de sécurité (USA)

Du fait de son influence accrue, l'Inde sera au coeur de toute considération de réforme du Conseil de sécurité de l'ONU, a indiqué mercredi un haut responsable américain.

"Etant donné l'essor de l'Inde et son importance, nous estimons que l'Inde sera au coeur de toute considération pour un Conseil de sécurité réformé", a fait savoir le sous-secrétaire d'Etat américain William Burns lors d'un point de presse consacré à la prochaine tournée asiatique du président Barack Obama, qui le conduira en Inde, en Indonésie, en Corée du Sud et au Japon à partir du 6 novembre.

Pour sa part, le conseiller adjoint de M. Obama pour la sécurité nationale, Ben Rhodes, a plaidé pour une plus grande prise en compte de l'Inde dans la réforme du Conseil de sécurité, qui est "un dossier très compliqué".

"Nous avons effectivement fait progresser le G20, jusqu'au rang de premier forum économique dans le monde, et ce en partie pour donner aux pays comme l'Inde une voix plus grande", a déclaré M. Rhodes.

La réforme du Conseil de sécurité de l'ONU avance lentement. Ses membres permanents sont la Grande-Bretagne, la Chine, la France, la Russie et les Etats-Unis, mais depuis les années 1990, l'Inde, l'Allemagne, le Japon, le Brésil, l'Egypte et le Nigéria ont demandé à se voir accorder un siège permanent.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Barrage des Trois Gorges : la production est en passe de dépasser les 80 milliards de KWh l'année prochaine
Chine : augmentation prochaine des prix au détail de l'essence et du diesel
Chine : Le Quotidien du peuple souligne une réforme politique étape par étape
Le Sénat français a adopté le projet de loi sur la retraite à 62 ans
Les Etats-Unis mènent une guerre monétaire
Pourquoi la Banque centrale augmente t-elle résolument son taux d'intérêt ?
Les Etats-Unis reculent dans leur dispute monétaire avec la Chine