100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 06.10.2010 11h46
France : des grèves reconductibles ou illimitées seraient "un désastre", selon le président du groupe UMP

Le président du groupe UMP (parti au pouvoir) à l'Assemblée nationale, Jean-François Copé, a indiqué mardi que des grèves reconductibles ou à caractère illimité contre la réforme des retraites seraient un "désastre" et ce "serait très préoccupant pour notre économie".

Sur Radio Classique, M. Copé a dit qu'il faut que "chacun prenne la mesure du désastre que pourraient constituer des grèves reconductibles ou à caractère illimité comme certaines formations syndicales l'évoquent". "Ce serait évidemment très préoccupant pour notre économie", a-t-il souligné.

Les syndicats réunis en intersyndicale ont confirmé lundi l'organisation d'une nouvelle journée d'action le 12 octobre en signe de protestation contre la réforme des retraites. Les confédérations sont en revanche divisées sur la perspective d'un mouvement reconductible. Seule la CGT RATP a déposé lundi un préavis de grève illimitée à partir du 12 octobre.

Samedi dernier, près de 3 millions de manifestants avec plus de 220 cortèges, selon les syndicats, 900.000 selon le ministère français de l'Intérieur, ont défilé en opposition à la réforme des retraites. Les syndicats estiment avoir gagné le pari d'une mobilisation plus importante que la précédente du 23 septembre en appelant à manifester un samedi.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Barrage des Trois Gorges : la production est en passe de dépasser les 80 milliards de KWh l'année prochaine
Chine : augmentation prochaine des prix au détail de l'essence et du diesel
Chine : Le Quotidien du peuple souligne une réforme politique étape par étape
Le Sénat français a adopté le projet de loi sur la retraite à 62 ans
Les Etats-Unis mènent une guerre monétaire
Pourquoi la Banque centrale augmente t-elle résolument son taux d'intérêt ?
Les Etats-Unis reculent dans leur dispute monétaire avec la Chine