100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 05.10.2010 14h23
Maurice : premier pays en Afrique pour la qualité de sa gouvernance

Pour la troisième année consécutive, l'île Maurice est classée premier pays en Afrique pour la bonne gouvernance, selon l'indice Mo Ibrahim, publié sur le site de la fondation lundi.

Selon Mo Ibrahim, l'île Maurice obtient un score de 81,78 pour la qualité de la gouvernance en 2008-2009 et se classe premier parmi les 53 pays africains examinés par la fondation.

Le score de Maurice est largement supérieur à la moyenne tant du niveau régional de l'Afrique australe (57) que du continent (49), se classant premier dans cinq des treize sous-catégories de l'Indice Ibrahim notamment la sécurité individuelle, la sécurité nationale, la participation, le secteur privé et l'environnement et le secteur agricole.

La seule sous-catégorie où Maurice a encore du chemin à faire est la parité homme - femme, où elle ne se classe qu'au 12ème rang. C'est la seule sous-catégorie où elle ne figure pas parmi les dix premiers.

Les Seychelles qui partageait la première place avec Maurice en 2009 se retrouve en deuxième position cette année avec un score de 74,5 devant le Botswana (74,21), le Cap-Vert (73,,83) et l'Afrique du Sud (70,21).

L'indice Ibrahim 2010 de la gouvernance africaine se base sur les données disponibles les plus récentes pour chaque indicateur. Les analyses et l'examen des données se font par les chercheurs de la prestigieuse université américaine de Harvard.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Départ d'un conseiller d'Etat chinois pour la Russie afin d'assister à une conférence internationale sur la sécurité
La Chine et la Grèce désirent approfondir leur partenariat stratégique
Le Japon doit voir au delà de ses problèmes internes
La Chine se développe pacifiquement, mais sa patience a des limites
Le banquet Gates-Buffet, « un test pour les Chinois riches »
Le recours à la force militaire ne devrait jamais être une « solution »
Que cache la rhétorique anti-chinoise du Congrès américain ?