100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 05.10.2010 13h22
Les îles Diaoyu font partie du territoire chinois, réaffirme le PM chinois en marge du sommet Asie-Europe

Le Premier ministre chinois Wen Jiabao a indiqué à son homologue japonais Naoto Kan lundi que les îles Diaoyu faisaient partie intégrante du territoire chinois.

"Les îles Diaoyu font partie du territoire chinois depuis les temps anciens", a souligné M. Wen lors de la conversation tenue en marge de la réunion Asie-Europe (ASEM).

Il a souligné qu'il était dans l'intérêt fondamental des deux pays et des deux peuples de protéger et de promouvoir les relations stratégiques sino-japonaises aux bénéfices mutuels.

Les deux parties ont convenu de renforcer les échanges entre peuples et les communications intergouvernementales et d'organiser une réunion à haut niveau à un moment approprié.

Le 7 septembre 2010, deux patrouilleurs des garde-côtes japonais sont entrés en collision avec un chalutier chinois au large des îles Diaoyu. Suite à cet incident, les autorités japonaises ont illégalement détenu Zhan Qixiong, le capitaine du bateau chinois, ainsi que 14 membres d'équipage, provoquant de vives protestations de la part du gouvernement et du peuple chinois.

M. Wen est arrivé à Bruxelles pour le sommet de l'ASEM après sa visite en Grèce. Il participera aussi au sommet Chine-UE à Bruxelles et puis continuera sa tournée qui le conduira en Italie et en Turquie.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Nouvelles règles de détermination des peines pour les infractions en matière de cyberattaques
Rencontre à Beijing entre les PM Wen Jiabao et David Cameron
Le sourire de Barack Obama à l'Inde est-il juste de pure forme ?
La Chine et la réalité : choses vues et entendues par un journaliste chinois en Europe
La Chine doit garder la tête froide au sujet de sa 3ème place au FMI
Le partenariat stratégique global sino-français entre dans une nouvelle phase (PAPIER GENERAL)
Les liens sino-européens ont besoin d'esprits ouverts