100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 23.09.2010 09h03
La Chine exhorte le Japon à laisser rentrer le capitaine d'un chalutier chinois, le Japon propose des pourparlers (SYNTHESE)

Le Premier ministre chinois, Wen Jiabao, a exhorté mardi le Japon à libérer immédiatement le capitaine d'un chalutier chinois détenu illégalement par le Japon, tandis que de son côté le Japon a proposé des négociations de haut niveau pour traiter la question.

"J'exhorte la partie japonaise à libérer le capitaine immédiatement et sans condition", a déclaré M. Wen, après son arrivée à New York pour une visite de trois jours.

"Si le Japon s'obstine dans son erreur, la Chine prendra de nouvelles mesures, et le Japon devra en assumer toutes les conséquences éventuelles", a souligné M. Wen lors d'une réunion avec des ressortissants chinois et des Américains d'origine chinoise aux Etats-Unis.

M. Wen a également indiqué que les relations sino-japonaises s'étaient développées et améliorées grâce aux efforts menés par les deux parties pendant plusieurs années.

Ces avancées positives subissent actuellement de graves dommages, et le Japon en est le seul responsable, a déclaré le Premier ministre chinois.

Il a exhorté le Japon à rectifier sans délai son erreur afin de remettre les liens bilatéraux sur la bonne voie.

A Tokyo, lors d'un point de presse de routine tenu mercredi, le secrétaire général du gouvernement japonais, Yoshito Sengoku, a appelé à des négociations de haut niveau avec la Chine afin de dénouer l'actuelle crise diplomatique entre les deux pays.

"Nous espérons que le Japon et la Chine tiendront des pourparlers de haut niveau le plus tôt possible pour désamorcer la crise diplomatique", a indiqué Sengoku.

Mardi, la porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Jiang Yu, a fait savoir que le moment n'était pas propice à une rencontre entre le Premier ministre chinois Wen Jiabao et les dirigeants japonais lors des conférences de l'ONU à New York cette semaine, et elle a déclaré que c'était le Japon qui détenait la clé pour résoudre le problème.

"La partie japonaise devrait bien comprendre la situation et laisser rentrer le capitaine immédiatement et sans condition", a déclaré Mme Jiang.

Deux patrouilleurs des garde-côtes japonais sont entrés en collision le 7 septembre avec un chalutier chinois au large des îles Diaoyu. Les autorités japonaises ont illégalement détenu Zhan Qixiong, le capitaine du bateau chinois, ainsi que 14 membres d'équipage, provoquant de vives protestations de la part du gouvernement et du peuple chinois.

Les membres d'équipage du chalutier ont été relâchés le 13 septembre, mais le capitaine est toujours illégalement détenu par les autorités japonaises.

Malgré les demandes répétées de la Chine pour un relâchement immédiat du capitaine, un tribunal japonais a autorisé dimanche dernier un prolongement de 10 jours de sa détention jusqu'au 29 septembre.

"Le chalutier était engagé dans des opérations normales au large des îles chinoises de Diaoyu en Mer de Chine orientale, lorsqu'il a été heurté et gravement endommagé par des navires japonais", a rappelé Mme Jiang.

Jiang Yu a réaffirmé que la Chine ne transigera pas sur les questions relatives à ses droits territoriaux et à sa souveraineté.

Les îles Diaoyu font partie du territoire chinois depuis des temps très anciens. La décision du Japon de prolonger la détention illégale du capitaine du chalutier chinois a maintenu le différend sur les îles Diaoyu sous la lumière des projecteurs. Cette attitude provocatrice, qui va à l'encontre des faits et des règles internationales, a continué à provoquer de vives protestations du gouvernement et du peuple chinois.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Chang'e 2 photographie la baie des arcs-en-ciel
Guangzhou envisage d'annuler son service de transport gratuit face à l'affluence de nombreux voyageurs pour les Jeux asiatiques
La Chine et la réalité : choses vues et entendues par un journaliste chinois en Europe
La Chine doit garder la tête froide au sujet de sa 3ème place au FMI
Le partenariat stratégique global sino-français entre dans une nouvelle phase (PAPIER GENERAL)
Les liens sino-européens ont besoin d'esprits ouverts
L'exploitation des terres rares coûte cher à la Chine