100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 20.07.2010 07h52
Ouverture à Genève de la 3e Conférence mondiale des présidents de parlement

La troisième Conférence Mondiale des Présidents de Parlement organisée par l'Union interparlementaire (UIP) s'est ouverte lundi matin à Genève au Palais des Nations Unies.

Des allocutions de bienvenue ont été prononcées par le président de l'UIP, le namibien Theo-Ben Gurirab, le Secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon, et la Présidente du Conseil National suisse, Pascale Bruderer Wyss.

Le président de l'UIP a rappelé que "le Sommet parlementaire d'aujourd'hui découle de la Déclaration du Millénaire. Il donne l'occasion de mesurer les progrès accomplis et de fixer un nouveau cap". D'après Theo-Ben Guirirab, la corruption est le principal mal qui ronge la société, ainsi c'est "en oeuvrant plus énergiquement à garantir la transparence et la reddition de comptes et en travaillant plus étroitement avec les instances nationales de contrôle des comptes" que les parlementaires peuvent "faire davantage pour lutter contre la corruption". Il a invité les présidents de parlement "à forger un partenariat stratégique avec l'Organisation des Nations Unies" dans l'intérêt des citoyens.

Dès le début de son discours, le secrétaire général des Nations-Unies a insisté sur le fait que les parlements constituaient "la véritable colonne vertébrale de la démocratie". Ils forment "le lien entre le local et le national, entre le national et le global" à l'image "des premiers mots de la Charte des Nations Unies : nous, peuples...". Ban Ki-moon a indiqué que l'appui des parlements est surtout nécessaire dans quatre domaines : rappeler aux gouvernements leurs obligations internationales; être un garant de stabilité et donc de démocratie; avoir un rôle essentiel dans le développement et l'accès à la prospérité (particulièrement important à l'approche de 2015, date butoir pour atteindre les Objectifs du Millénaire pour le Développement); revitaliser la conférence du désarmement, dont les travaux sont dans l'impasse, et oeuvrer pour l'entrée en vigueur du traité d'interdiction totale des essais nucléaires (signé en 1996 par 71 pays, dont la Chine, la France, la Russie, les Etats- Unis et le Royaume-Uni).

Ban Ki-moon a également exprimé son inquiétude face à des changements inconstitutionnels récents qui se sont opérés dans le monde et particulièrement en Afrique. Il a exhorté les parlementaires à jouer leur rôle de représentants du peuple et mettre tout en oeuvre pour garantir la démocrratie.

La présidente du Conseil National suisse, Pascale Bruderer Wyss, a déclaré que "si nous souhaitons renforcer le poids des parlements dans les processus décisionnels internationaux, nous devons plutôt nous montrer pragmatiques". Elle a formulé une proposition concrète, à savoir l'élargissement au niveau supranational de la haute surveillance parlementaire.

Cette compétence permet aux parlements de surveiller "de manière critique et constructive" l'action menée par les gouvernements en matière de politique extérieure, notamment au sein des organisations internationales et dans le cadre des négociations avec des États étrangers, a-t-elle indiqué.

A son sens, pour assurer le contrôle et le suivi des décisions internationales, la haute surveillance parlementaire devrait " prendre une autre dimension et s'inscrire dans une démarche supranationale qui serait issue de la coopération entre les parlements respectifs". En d'autres termes, Pascale Bruderer Wyss a considéré qu'il était "temps de faire évoluer le cadre politique international".

Lundi après-midi le débat général, consacré aux parlements dans un monde de crise se poursuivra.

La 3ème Conférence mondiale des Présidents de parlement se tient du 19 au 21 juillet. Ce sommet mondial est axé sur la démocratie, sur le rôle des institutions législatives et sur les relations qu'elles entretiennent avec les Nations Unies. La Conférence 2010 a pour thème général "Les parlements dans un monde en crise : garantir la responsabilité démocratique mondiale pour le bien commun".

[1] [2]

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Chine : Wen Jiabao met l'accent sur la stabilisation de la croissance économique
La Chine s'oppose fermement aux activités des armées étrangères au large des côtes chinoises
L'unité et la solidarité vues à travers la Coupe du Monde
Nicolas Sarkozy se sert aussi du « microblog »
Pour que le football soit toujours exposé au soleil !
Quel genre d'esprit national faut-il à la Chine contemporaine ?
Respecter les règles du jeu de l'amour