100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 19.07.2010 16h05
Madagascar : l'opposition exhorte à dévoiler les noms des hauts responsables impliqués dans le trafic de bois de roses

L'ancien président de Madagascar Zafy Albert insiste sur la divulgation des noms des hautes personnalités qui seraient impliquées dans le trafic de bois de roses.

"Vous avez devant vous tous les dossiers concernant les bois de roses saisis récemment aux îles Comores. Sortez maintenant de votre mutisme pour annoncer publiquement tous ceux qui sont derrières tout ça", a lancé M. Zafy à l'endroit du Président de la Haute Autorité de Transition (HAT) malgache, Andry Rajoelina.

Le doyen de l'opposition de remarquer lors d'une rencontre avec la presse qu'"on s'empresse de dévoiler les noms de ceux qui commettent des infractions minimes mais ce n'était jamais le cas pour des affaires impliquant des responsables étatiques".

Lundi dernier, le général Herilanto Raveloarison, ministres de l'Environnement et des forêts a annoncé l'ouverture d'une procédure judiciaire qui devrait amener à la traduction devant la justice des personnes impliquées dans l'exportation illicite d'une cargaison de 300 tonnes de bois de rose saisie à Anjouan (Comores) fin juin.

Le ministre a avoué que des noms de hauts responsables du pouvoir actuel sont cités dans cette affaire. Il a également confirmé l'existence d'un réseau mafieux dans ce trafic, auquel participe "des responsables qui abusent de leur pouvoir et de la place qu'ils détiennent au niveau de l'administration".

Du côté de la HAT, on a déjà annoncé que le Président lui-même a décidé de "prendre en mains la guerre contre les trafics de bois de rose".

Le 13 juillet dernier, une descente inopinée a été effectuée par des éléments de la Direction de la sécurité du territoire (Dst) conduits par le Commandant Charly Zafimagnely, dans les locaux de l'usine Tiko de Sambaina Manjakandriana, appartenant au président déchu, Marc Ravalomanana.

Des lots de bois de roses y ont été trouvés dont certains déjà travaillés sans qu'on ait pu encore annoncer leur caractère illicite. Les perquisitions se sont poursuivies trois jours durant mais aucune autre découverte n'a eu lieu.

Notons que la HAT a pris un décret en conseil des ministres le 24 mars dernier, interdisant toute coupe et exportation de bois de rose. Les trafics illicites ont pourtant continué des plus belles au grand dam des exportateurs réguliers qui sont les plus sanctionnées par la situation actuelle.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
La Chine s'oppose fermement aux activités des armées étrangères au large des côtes chinoises
Corruption : la justice chinoise a récupéré 4,62 milliards de dollars depuis 2005
L'unité et la solidarité vues à travers la Coupe du Monde
Nicolas Sarkozy se sert aussi du « microblog »
Pour que le football soit toujours exposé au soleil !
Quel genre d'esprit national faut-il à la Chine contemporaine ?
Respecter les règles du jeu de l'amour