100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 16.07.2010 16h34
L'ambassadeur de France fustige tous les acteurs politiques malgaches

L'ambassadeur de France à Madagascar, Jean Marc Châtaigner, fustige tous les acteurs politiques malgaches, par leur obstination de ne pas avoir pu trouver ensemble jusqu'à présent une solution consensuelle à la crise dans la grande île de l'océan Indien.

C'était durant son allocution à l'occasion d'une réception pour la célébration de la fête nationale française dans sa résidence à Ivandry à Antananarivo, capitale de Madagascar, où un parterre d'invités a été convié mercredi.

Qu'ils soient dans le pouvoir transitoire actuel ou dans l'opposition, Jean Marc Châtaigner n'a pas mâché ses mots concernant la conduite des hommes, entités, associations ou partis politiques à Madagascar. Il a surtout évoqué son sentiment face à la gravité de la crise malgache et l'absence de progrès dans la définition d'un chemin clair de sortie de crise.

Pour les dirigeants actuels de la transition, notamment à la Haute Autorité de Transition (HAT) conduite par Andry Rajoelina, plusieurs points ont été mentionnés par l'ambassadeur de France.

Les plus pertinents concernent l'obligation des tenants du pouvoir actuel sur la transparence dans la gestion des finances publiques et la publication de tous les contrats miniers ainsi que des services conclus avec des sociétés privées étrangères. L'affaire des bois de rose ne lui a pas échappé lorsqu'il a parlé du refus de la corruption et l'impunité des trafiquants et leurs complices.

Le diplomate français a également précisé sur la nécessité de dissoudre les milices paramilitaires et la Force d'Intervention Spéciale (Fis) dont il s'est notamment placé en tant que témoin des effets coupables de graves manquements aux droits humains. Il a aussi réitéré son souhait pour le respect des droits de l'opposition ainsi que l'instauration d'un dialogue effectif avec toutes les tendances politiques.

Sur ce sujet, l'ambassadeur de France s'est adressé à ceux qui se réclament des trois anciens chefs d'Etat, plus précisément de Didier Ratsiraka, Albert Zafy et Marc Ravalomanana. Jean Marc Chatâigner a déjà avoué dans ses premières phrases de son allocution l'échec de toute tentative de médiation à la crise malgache jusqu'ici, qu'elle soit locale ou internationale.

Il a révélé que s'en tenir coûte que coûte aux accords de Maputo et Addis-Abeba n'est pas une solution, tout comme fermer la porte à tout autre dialogue autre que celui relatif à ces accords. "Il ne faut négliger toute voie démocratique", annonce-t-il, après avoir déclaré qu'il convient de donner une chance à la récente initiative de résolution de crise entre malgaches.

Cette cérémonie a été également une occasion pour Jean Marc Châtaigner de faire connaître davantage la position de la France face à la crise malgache, celle de partager les points de vue de l'ensemble de la communauté internationale.

Notons que l'opposition a brillé par leur absence durant cette réception à la résidence de France à Antananarivo. Par contre, le régime de transition actuel a été représenté par une forte délégation conduite par le Premier ministre de la HAT, le général Camille Vital.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
La Chine s'oppose fermement aux activités des armées étrangères au large des côtes chinoises
Corruption : la justice chinoise a récupéré 4,62 milliards de dollars depuis 2005
L'unité et la solidarité vues à travers la Coupe du Monde
Nicolas Sarkozy se sert aussi du « microblog »
Pour que le football soit toujours exposé au soleil !
Quel genre d'esprit national faut-il à la Chine contemporaine ?
Respecter les règles du jeu de l'amour