100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 11.07.2010 12h13
Crise à Madagascar : la mission de médiation de la SADC à Maurice

Une délégation de la médiation de la Communauté de développement d'Afrique australe (SADC) est arrivée à Maurice jeudi soir à la suite d'une mission technique à Madagascar afin d'évaluer la situation et de préparer la venue du médiateur du Groupe international de contact et de la SADC, Joachim Chissano, dans l'île le 15 juillet.

Les membres de la délégation ont eu une séance de travail vendredi matin avec le Premier ministre suppléant mauricien Rashid Beebeejaun et le ministre des Affaires étrangères Arvin Boolell.

Dirigée par l'ancien ministre mozambicain Leonardo Simao, la délégation de médiation de la SADC est composée de représentants de l'île Maurice, de la République sud-africaine et de personnalités du Secrétariat de la SADC.

Cette mission technique était chargée de faire le constat et d'évaluer la situation dans le cadre de la médiation qui incombe à la SADC. Les membres de la mission ont été reçus par Hyppolite Ramaroson, ministre des Affaires étrangères de la Haute Autorité de transition (HAT). Ils ont aussi été reçus par les chancelleries étrangères installées à Madagascar et ont eu des entretiens avec des délégués de trois mouvances.

Les membres de la HAT ont, lors de leur entretien avec la délégation de la SADC, profité de l'occasion pour émettre différentes remarques relatives à la résolution de la crise malgache. Ils ont dénoncé une "ingérence" de la part de la SADC dans la crise malgache qui devrait, selon eux, se résoudre par une solution inter-malgache.

Aux journalistes malgaches qui l'interpellaient sur les propos hostiles tenus par les dirigeants malgaches à l'encontre de la médiation, M. Simao a précisé que "la médiation de la SADC n'est pas la cause ni l'auteur de la crise malgache. Madagascar a signé librement un acte d'adhésion à une convention et il est du devoir des pays qui ont signé avec Madagascar de l'aider à surmonter la crise. La crise n'est pas un problème de la SADC, c'est un problème de Madagascar et la SADC se contente de l'aider à trouver la solution de sortie de crise".

Le chef de la diplomatie Arvin Boolell, qui assure également la présidence de la Commission de l'océan Indien (COI), abonde dans le même sens. "Il y a une volonté de la part du peuple malgache pour qu'il y ait une issue à la crise au plus vite. Maurice favorise une solution malgacho-malgache pour résoudre cette crise", a-t-il déclaré au Mauricien vendredi matin.

La COI veut être partie prenante des activités de la médiation du Groupe international de contact et de la SADC et est disposée à apporter son soutien sur place. "Nous voulons aussi que Joaquim Chissano dispose d'un mandat plus large afin qu'il puisse dégager un engagement basé sur l'esprit de la solidarité".

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le président du Parlement chinois et le président du Sénat français s'engagent à renforcer les échanges parlementaires
Devises étrangères : il ne faut pas politiser le changement de la part de la dette nationale des Etats-Unis que la Chine détient
Respecter les règles du jeu de l'amour
Réajustement du centre de gravité du développement économique mondial
Qui de la Chine ou de l'Inde vieillit le mieux ?
Le Japon devrait payer la Chine de retour
Regardez la Chine de manière objective !