100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 09.07.2010 16h40
Madagascar : les organisations de la société civile doivent être unies pour une sortie de crise

La réussite d'une solution malgacho-malgache en vue d'une sortie de crise dépendra essentiellement de l'unité des organisations de la société civile malgache, en proie à une certaine scission depuis quelques temps. C'est à elles qu'on a confié l'organisation et la coordination du dialogue national et les dialogues préparatoires qui vont le précéder.

Du côté de l'opposition, les positions se sont quelque peu fléchies. Désormais, ils conditionnent leur participation à une concertation entre malgaches à cette entente entre les diverses associations et organisations composant la société civile.

« L'organisation de ce dialogue entre malgaches devrait se faire dans un cadre bien établi et accepté par tous. Il est alors impératif que les membres de la société civile soient sur la même longueur d'onde», a avancé l'ancien président, Zafy Albert.

Un de ses lieutenants, le Dr Randriamirisoa Joseph a même affirmé que « même s'ils ne sont pas tout à fait d'accord avec certaines décisions d'une frange de la société civile qui a déjà entamé le processus, ils appuient quand même la démarche qui a pour dessein de réunir au tour d'une table toutes les forces vives de la nation».

La mouvance Ravalomanana, de par le biais de son chef de délégation, Fetison Rakoto Andrianirina a déjà fait savoir également qu' «ils participeraient volontairement au dialogue national si l'indépendance et surtout la neutralité des organisateurs sont garanties ».

Une démarche a déjà été entamée en vue du rapprochement des principales organisations au sein de la société civile. « On avance dans le bon sens et une autre réunion est prévue pour vendredi prochain », a lancé Velompanahy Aristide de la ''coalition de la société civile''.

Lalao Randriamampionona de ''l'Alliance des organisations de la société civile'', pour sa part, a confirmé que « la mise en place officielle de diverses structures de la société civile qui vont assurer l'organisation de la concertation nationale devrait se faire incessamment ».

L'optimisme est de mise, du côté des aînés au sein de l'association ''Raiamandreny mijoro'', après avoir rencontré les émissaires de la SADC, ce jeudi. «Cette démarche inter-malgache est la seule solution pour sortir de cette crise et que les émissaires de la SADC en sont convaincus ».

A noter que la signature des Accords à Maputo en août 2009 et d'un acte additionnel à Addis-Abéba au mois de novembre de la même année, entre les quatre chefs de files des mouvances à savoir, les trois anciens Président, Ratsiraka, Zafy et Ravalomanana, ainsi que le président de la Haute Autorité de Transition, Andry Rajoelina n'ont pas pu sortir Madagascar de la crise qui a duré plus de 15 mois. Diverses tentatives de rencontres en vue de trouver ses résolutions ont été entamées par la communauté internationale mais l'autorité de fait actuel pense que seule cette solution malgacho-malgache pourrait aboutir à une sortie définitive de Madagascar de cette crise politique.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Sélection du Renminribao du 8 juillet
Le Mondial 2010 apporte des difficultés économiques à l'Afrique du Sud
Respecter les règles du jeu de l'amour
Réajustement du centre de gravité du développement économique mondial
Qui de la Chine ou de l'Inde vieillit le mieux ?
Le Japon devrait payer la Chine de retour
Regardez la Chine de manière objective !