100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 07.07.2010 10h51
Madagascar : des émissaires de la SADC rencontreront les mouvances malgaches

Des émissaires de la Communauté pour le développement de l'Afrique Australe (SADC) rencontreront les chefs de délégations des trois mouvances des anciens Chefs d'Etat malgache à savoir Albert Zafy, Didier Ratsiraka et Marc Ravalomanana, lundi à Antananarivo, dans la capitale malgache.

Conduite par Nuno Tomas et un ex-ministre des affaires étrangères mozambicain, cette délégation de la SADC serait venue dans la Grande Île pour discuter des suites de la médiation dans la crise politique à Madagascar qui a débuté en décembre 2008.

En effet, aucune information n'a été donnée quant aux visites, discrète dit-on, de ces émissaires de la SADC sur le sol malgache. Même les représentants des mouvances ne sont pas au courant des sujets qui vont être débattus lors de cette rencontre de mardi à l'hôtel Colbert à Antaninarenina, en plein centre d'Antananarivo, la capitale de Madagascar.

"On nous a simplement recommandé d'emmener au plus, cinq membres de notre mouvance", affirme Emmanuel Rakotovahiny de la mouvance Zafy. Fetison Andrianirina de la mouvance Ravalomanana s'est contenté d'affirmer qu'ils n'ont pas eu d'autres détails concernant le déroulement de la réunion avec ces délégués de la SADC.

Par ailleurs, Nuno Tomas ainsi que cet ancien ministre des affaires étrangères mozambicain ont été reçus par le ministre malgache des affaires étrangères, le Vice Amiral d'Escadre Hippolyte Ramaroson lundi dernier. Les ambassadeurs de l'Afrique du Sud et de l'Île Maurice, tous les deux des pays membres de la SADC, à Madagascar ont tenu à assister à ce rendez-vous. L'évolution de la situation politique actuelle dans la Grande Île a été le centre de la discussion.

En juillet 2009, la SADC avec l'Union africaine ont commencé à entamer une médiation en vue de trouver une issue à la crise malgache. Ils ont mandaté Joaquim Chissano, ancien Président mozambicain, à diriger cette médiation. Cette équipe de médiation, cautionnée par la Communauté internationale, est à l'origine de la signature des accords de Maputo et de l'acte additionnel à Addis Abeba, entre les quatre chefs de file de mouvances, Zafy, Ratsiraka et Ravalomanana et Andry Rajoelina, le président de la Haute Autorité de Transition (HAT) malgache actuel. Mais ce dernier a décidé de ne pas respecter ces signatures tout en prenant des décisions jugées unilatérales par la Communauté internationale.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Chine : Urumqi en paix, un an après les émeutes du 5 juillet 2009 au Xinjiang
L'économie chinoise continue à connaître une croissance vigoureuse
Le Japon devrait payer la Chine de retour
Regardez la Chine de manière objective !
Y a t-il un danger que la Chine oublie le passé ?
Qu'est-ce que la Chine peut apporter à l'Afrique ?
Des entreprises chinoises empêchées d'investir aux Etats-Unis : un nouveau rideau de fer pour garantir la « sécurité de l'Etat » ?