100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 17.05.2010 14h12
Quand les ingénieurs chinois redonnent une nouvelle jeunesse aux routes du Nigeria

Conduire dans les rues défoncées et encombrées de Lagos, la plus grande ville du Nigeria et son coeur économique, est peut être un des emplois les plus difficiles du monde, aussi Yemi, conducteur local, doit-il garder un oeil rapide sur les voies et une main ferme sur le volant.

« Vous ne pouvez absolument pas prévoir ce qui peut arriver », dit ce père de famille de deux enfants âgé de 35 ans, qui trace sa route à travers les bouchons de la ville depuis seize ans déjà.

Mais ces temps difficiles sont peut-être arrivés à leur fin, une équipe d'ouvriers chinois de la construction étant en train d'améliorer le réseau routier de la ville, et particulièrement à Mushin, une zone déshéritée qui compte de nombreux taudis, d'où Yemi est originaire.

Le projet de rénovation – 16 voies urbaines, couvrant 10,5 km- est l'un des quatre pris en charge par la China Gezhouba Group Corporation.

L'entreprise est aussi engagée dans des projets de dragage de ports à Lagos et dans l'Etat de Niger, à l'Ouest du pays, ainsi que dans la construction d'un dortoir pour l'Université de la Défense Nationale à Abuja, capitale fédérale du Nigeria.

Le projet à Mushin a débuté en décembre dernier, et Yemi a rejoint l'équipe d'ouvriers chinois en tant que chauffeur pour le projet.

Le relogement a été un gros obstacle ayant fait face à au projet à Mushin. Plusieurs voies devant être élargies, les boutiques et habitations situées en bordure ont dues être démolies. Et dans une zone à forte densité de population et avec de nombreux taudis, cela n'a pas été tâche facile.

« Pour que la démolition se passe sans accrocs, nous avons parfois dû demander aux chefs locaux de persuader les habitants de déménager. Et naturellement, les indemnités à payer pour les démolitions sont assez élevées », a dit He Zhiming, directeur de projet pour le projet de rénovation routière.

Une usine de fabrication de matériaux pour le projet a été construite, les travaux de démolition sont quasiment achevés, et la construction d'un système de drainage sous plusieurs voies a déjà débuté.

Dans l'usine, des dizaines d'ouvriers fabriquent des tuyaux pour le système de drainage. Le béton est déversé dans les moules et renforcé avec des armatures. Le système de drainage étant encore à découvert dans la zone, les eaux usées coulent le long des fossés au bord des rues.

Le gouvernement local semble satisfait des progrès réalisés. Aderonke Bello, directrice de Conseil du District de Mushin, a déclaré que ce que l'entreprise a livré était de « bonne qualité ».

« Quand le projet sera achevé, le trafic sera bien meilleur », a-t-elle dit.

Le projet emploie 35 Chinois et plus de 80 ouvriers nigérians. Les ingénieurs chinois forment les employés nigérians à fabriquer les matériaux et les pièces nécessaires à la construction, transformant des employés sans formation en ouvriers qualifiés.

« Les Nigerians peuvent être durs à la tâche s'ils sont correctement encadrés et formés », dit M. He. Les ouvriers de la construction et les chauffeurs gagnent en moyenne un salaire local de 30 000 Nairas nigérians (plus de 200 Dollars US) par mois, tandis que les ingénieurs nigérians employés sur le projet obtiennent un salaire de 100 000 à 200 000 Nairas par mois.

La China Gezhouba Group Corporation n'est pas la seule entreprise chinoise à entreprendre des projets de construction au Nigeria, ni la plus grande.

Les investissements chinois au Nigeria ont augmenté ces dernières années, dit Rong Yansong, conseiller économique et commercial de l'Ambassade de Chine au Nigeria.

La China Civil Engineering Construction Corporation, qui est arrivée sur le marché de la construction au Nigeria dans les années 1980, est la plus grande société chinoise de construction au Nigeria.

Elle compte à présent 56 projets en cours dans le pays, dont la construction de routes et de voies ferrées. Le total des investissements de l'entreprise a dépassé les 10 milliards de Dollars US et elle emploie plus de 10 000 ouvriers locaux.

« Nous fournissons une formation pratique aux ouvriers, aidant le Nigeria à construire sa propre main d'oeuvre », a dit Ge Peng, un dirigeant de la China Civil Engineering Construction Corporation au Nigeria.

Les projets ont pour objectif d'améliorer la fourniture instable en énergie et des routes en mauvais état, qui entravent une économie en pleine croissance et le développement du pays.

Le gouvernement entend encourager les sociétés étrangères, dont celles de la Chine, à aider à la construction.

Martin Uhomoibhi, secrétaire permanent du Ministère Nigerian des Affaires Etrangères, a apprécié la contribution apportée par les entreprises chinoises au Nigeria, et a déclaré que plus de sociétés sont les bienvenues.

Au Nigeria, l'image qu'a le public de la Chine est très positive. D'après le dernier Pew Global Attitude Project, l'année dernière, 85% des Nigerians avaient une bonne opinion de la Chine, contre 79% en 2008, le chiffre le plus haut parmi les 24 pays étrangers ayant fait l'objet d'une enquête. Dans une enquête similaire conduite par la BBC britannique et publiée en avril, 73% des Nigerians avaient une image positive de la Chine.

Yemi semble aussi bien s'entendre avec ses collègues chinois.

« M. He est un homme bien, et il me traite bien », a dit Yemi.

Quand il parle de la Chine, il devient très enthousiaste et ne peut dissimuler son envie d'aller visiter le pays.

« Un de mes amis est allé à Guangzhou. Un jour j'irai là-bas pour voir cette ville », a-t-il dit.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Un homme va obtenir 650 000 yuans de compensation pour une erreur judiciaire
Chine : 9 morts dans une attaque à l'arme blanche dans une crèche
Le cinéma chinois doit aider les spectateurs étrangers à « renouveler » leur impression sur la Chine
France : la classe moyenne s'inquiète de plus en plus de la baisse de son niveau de vie
Pourquoi la France pense-t-elle interdire aux femmes de porter le « voile intégral » en public ?
Chine : les nongmingong constituent la plus grande communauté d' « immigrés-balanciers » dans le monde
La Chine promouvra dans tous les domaines le « travail décent »